Planète

La prolifération de Caulerpa taxifolia : quelle est la cause ?

Dossier - La Caulerpa taxifolia, algue invasive
DossierClassé sous :océanographie , caulerpa , taxifolia

-

Appelée algue tueuse, peste verte, fleur du mal, serpent des mers, Alien des mers, algue fatale, assassine, ravageuse, cancer ou sida des mers... Caulerpa taxifolia n'arrête pas de défrayer la chronique depuis sa découverte en 1984, au pied du rocher de la Principauté de Monaco.

  
DossiersLa Caulerpa taxifolia, algue invasive
 

Théoriquement, Caulerpa taxifolia, d'origine exotique, ne devrait pas pouvoir survivre en Méditerranée, alors que se passe t-il ?

La caulerpe, une jolie algue d'aquarium... Ses frondes vert fluo sont beaucoup plus serrées et longues en Méditerranée que sur cette photo, prise en Australie. © Richard Ling, Flickr, CC by-nc-sa 2.0

Certains ont parlé de mutation, d'autres de manipulation volontaire, ce qui n'a jamais pu être démontré. Une hypothèse serait que cette algue serait issue d'une souche géante résistante à la température qui aurait été sélectionnée pour la culture en aquarium.

Études sur Caulerpa mexicana et Catilerpa taxifolia

Deux études sur la génétique de l'algue publiées en octobre 1998 ont mis un terme à cette polémique. La première réalisée par des chercheurs suisses conclut à des « similarités étonnantes » entre les séquences d'ADN de Caulerpa taxifolia prélevée dans les aquariums où elle est apparue la première fois (Stuttgart et Nancy), et celle d'échantillons provenant de Méditerranée. Elle montre que C. mexica a et C.taxifolia n'ont pas la même carte d'identité génétique. Exit la théorie de la métamorphose défendue par les chercheurs monégasques à l'Académie des sciences.

Une autre étude, hollandaise cette fois-ci, confirme les différences très nettes entre Caulerpa mexicana et Catilerpa taxifolia.

La prolifération deCaulerpa taxifolia. © min-kulture.hr, domaine public

Tout cela expliquant le fait qu'elle ne se comporte pas comme les Caulerpa taxifolia d'origine tropicale.

« Elle possède un ensemble de caractéristiques exceptionnelles (résistance au froid, gigantisme, vigueur, densité, dominance...) encore jamais observées chez les populations tropicales de cette espèce, ni chez aucune autre algue en Méditerranée. Les études de génétique citées ci-dessus montrent que les colonies indépendantes qui se développent en Méditerranée seraient identiques à la souche cultivée depuis 1970 dans les divers aquariums publics européens. La souche d'aquarium et celle qui se développe en Méditerranée ne représentent qu'un seul et même individu qui se dissémine par bouturage. »

« Tous les substrats stables (roche, sable, vase, herbiers de Posidonies...) peuvent être colonisés. Tous les fonds, surtout de 3 à 40 m peuvent être envahis. En densité plus faible, elle a même été observée, fixée et bien vivante, jusqu'à - 99m. Cette algue est présente dans les eaux de bonne qualité comme dans les ports pollués, devant des caps rocheux battus par les vagues comme dans les baies abritées. »