Planète

Les différentes espèces de Caulerpa

Dossier - La Caulerpa taxifolia, algue invasive
DossierClassé sous :océanographie , caulerpa , taxifolia

-

Appelée algue tueuse, peste verte, fleur du mal, serpent des mers, Alien des mers, algue fatale, assassine, ravageuse, cancer ou sida des mers... Caulerpa taxifolia n'arrête pas de défrayer la chronique depuis sa découverte en 1984, au pied du rocher de la Principauté de Monaco.

  
DossiersLa Caulerpa taxifolia, algue invasive
 

La Caulerpa taxifolia a été introduite, involontairement certes, mais ses dégâts sur la biodiversité peuvent être importants. Elle s'est, en outre, introduite sous différentes espèces.

Banc de caulerpa taxifolia. © Wildsingapore, CC BY-NC 2.0
L'introduction de la Caulerpa taxifolia a engendré une polémique sur les responsables. © A. Meinesz, DR

Personne n'a accusé quiconque d'avoir introduit l'algue volontairement, par contre, il est regrettable que certains chercheurs de Monaco aient entretenu une vive polémique en refusant de reconnaître que l'algue puisse provenir de leur laboratoire. Cependant les médias se sont jetés sur cette aubaine médiatique et tout cela contre les avis scientifiques présentés à ce jour (université de Nice Sophia Antipolis, université de Marseille, lfremer, etc.).

Les différentes espèces de Caulerpa. © DR

Les différentes espèces de Caulerpa en Méditerranée

En Méditerranée, il existe cinq Caulerpa dont C. scalpelliformisC. mexicana, mais aussi...

Caulerpa prolifera. © DR
  •  C. prolifera cousine de c. taxifolia, aux feuilles entières et de la même couleur verte. Cette espèce est commune mais, malgré son nom n'est pas envahissante.
Caulerpa taxifolia. © DR

Pour bien la reconnaître... Belle algue vert fluo lorsqu'elle est éclairée l'été par le soleil ou une lampe, sa tige rampante (stolon) porte des feuilles (frondes) de 5 à 65 cm découpées comme celles de certaines fougères ou d'arbres comme l'If.

Caulerpa racemosa. © DR
  •  C. racemosa : progressant rapidement en Méditerranée depuis le début des années 1990 à partir de la Méditerranée occidentale, cette autre espèce de Caulerpe est désormais dans les eaux françaises. La première signalisation (recueillie grâce au réseau d'observateurs de Caulerpa taxifolia) date de l'été 1997, en rade de Marseille. Depuis elle a été découverte à Menton en 1998, dans la rade de Villefranche et à Porquerolles en 1999.

Cette petite caulerpe peut également constituer un lacis dense d'axes rampants, sur divers types de fonds, susceptibles de modifier les écosystèmes envahis. 

ll existe une sixième espèce, Caulerpa ollivieri (voir photo : différentes espèces ci-dessus), très voisine de Caulerlpa prolifera, ce pourrait être la même.

Caulerpa racemosa devenue envahissante depuis 1990 a été localisée pour la première fois dans les années 1920 en Tunisie. La récente prolifération d'une nouvelle variété qui a été introduite semble aussi présenter un danger pour les écosystèmes littoraux. Onze pays sont actuellement touchés par son « invasion ». Elle a, au contraire de C. taxifolia, une reproduction sexuelle et se répand beaucoup plus vite.