Sous le capot des solutions VPN, se loge souvent le même protocole. Il s’agit d’OpenVPN. Un (presque) nouveau venu pourrait bien le remplacer avantageusement. Il s’agit de Wireguard. Adapté par NordVPN, il est bien plus véloce et sécurisé que son concurrent.

Cela vous intéressera aussi

Futura évoque souvent les solutions de VPN et il faut dire qu'il y a beaucoup d'acteurs sur le marché. Les VPNVPN sont devenus des outils presque incontournables et ils ont été adoptés massivement par la population durant la période de confinement pour sécuriser l'échange des données du télétravail en entreprise. Les données sont chiffrées dans un tunnel qui relie le client et le serveurserveur. Derrière chaque solution de VPN, le tunnel chiffré repose sur une poignée de protocoles. Les plus utilisés s'appellent IPsecIPsec et OpenVPN. Aujourd'hui, c'est toujours ce dernier qui est majoritairement employé par les éditeurs de solutions VPN.

Mais, depuis maintenant deux ans, un nouveau protocoleprotocole a émergé et il pourrait bien déloger les deux ténors des serveurs VPN. Il s'appelle Wireguard et a été créé par JasonJason Donenfeld qui est à la fois guitariste de jazz et chercheur en sécurité. Son objectif était de créer un protocole moins complexe qu'OpenVPN. Pour lui, cette complexité pourrait faire l'objet de faillesfailles importantes de sécurité. En outre, avec OpenVPN, la connexion est assez longue et la stabilité aléatoire lorsqu'il y a plusieurs connexions simultanées.

Ce graphique montre que le protocole Wireguard adapté par NordVPN délivre des vitesses de téléchargement bien plus élevées que ses concurrents et notamment OpenVPN. © NordVPN
Ce graphique montre que le protocole Wireguard adapté par NordVPN délivre des vitesses de téléchargement bien plus élevées que ses concurrents et notamment OpenVPN. © NordVPN

WireGuard, l’avenir du VPN

De son côté, avec WireGuard, Jason Donenfeld a créé un code très court avec seulement 4.000 lignes contre 600.000 pour OpenVPN. Pour lui, cette simplicité est un gage de sécurité. Et c'est cette simplicité qui fait effectivement de WireGuard un protocole qui va certainement détrôner OpenVPN dans l'avenir. D'ailleurs, le protocole a été adoubé par Linus Torvalds, le créateur de LinuxLinux. Il l'a implanté dans le noyau du système d'exploitationsystème d'exploitation au début de l'année.

En attendant, pour bénéficier de cette sécurité renforcée, il y a peu de solutions VPN qui exploitent Wireguard. C'est toutefois le cas de NordVPN qui intègre un dérivé de Wireguard baptisé Nord Lynx. L'éditeur a dû renforcer la sécurité et notamment la confidentialité qui reste toujours une faiblesse de Wireguard car le protocole reste toujours en phase de développement.

Au final, avec Nord Lynx, le délai de connexion est plus court et les téléchargements trois fois plus rapides qu'avec les autres solutions selon NordVPN. Une tendance que les retours positifs des utilisateurs viennent confirmer. Pour tester ce nouveau protocole, il est nécessaire d'opter pour un abonnement à NordVPN. Celui-ci est en ce moment au prix de 3,11 euros par mois en optant pour une formule d'engagement sur trois ans.