Tech

La France ne fait pas exception

Dossier - Start-up : un concept à manipuler avec précaution
DossierClassé sous :technologie , start-up , start-down

-

" Start-up ", le mot claque comme le coup de feu qui libère les athlètes au départ d'une course. Semée d'embûches de toutes sortes, celle-ci s'apparente à une course de fond effectuée au rythme d'une épreuve de vitesse. Dans ces conditions, les accidents de parcours, voire même l'abandon pur et simple, ne sont pas rares. Pour s'en sortir, ces véritables prématurés que sont ces entreprises très fragiles nécessitent donc les soins les plus attentifs. Autopsie d'un modèle né dans la mythique Silicon Valley et qui suscite depuis quelques années un engouement dans le monde entier.

  
DossiersStart-up : un concept à manipuler avec précaution
 

Reste la France qui ne va pas échapper à ce phénomène, bien au contraire. Incubateurs, fonds d'amorçage, capital-risque, mesures gouvernementales pour aider à la création et au développement de start-up, etc. Tout l'arsenal de la " nouvelle économie " est progressivement mis en place dès le milieu des années 1990 et connaît une accélération significative suite aux Assises Nationales de l'Innovation organisées en 1998 à l'initiative du gouvernement. Progressivement, des Silicon Valley françaises voient le jour, en particulier dans le domaine des sciences du vivant dont la Genetic Valley d'Evry, près de Paris, est l'un des plus beaux exemples.

Certains établissements publics de recherche, mais aussi des grands groupes industriels comme Thomson (devenu Thalès depuis) n'ont pas attendu cette fièvre pour appliquer le modèle de Stanford.

Le Commissariat à l'Energie Atomique (CEA), en particulier au sein de sa Direction des Technologies Avancées et du LETI (Laboratoire d'Electronique, de Technologie et d'Instrumentation), mène en effet depuis la fin des années 1980 une remarquable politique d'essaimage qui a permis de créer 80 entreprises en l'espace d'une décennie, un record ! Avec d'exceptionnelles réussites comme Soitec qui est aujourd'hui un des leaders dans le domaine de la fabrication des tranches de silicium, grâce à sa technologie Smart-cut.

Hélas, dans le même temps, fleurissent des projets farfelus portés par ceux qu'attire l'argent facile. C'est le revers de la médaille d'un modèle qui séduit. " C'est une économie du bluff. Tout le monde a intérêt à mentir : les entreprenautes, pour lever de l'argent, les fonds de capital-risque, pour revendre leurs parts à des actionnaires. La victime, à terme, ce sera le petit actionnaire ", déclare en janvier 2000 le créateur de Neteconomie.fr, un site d'informations. Dans un tel contexte, seule les bonnes vieilles recettes d'une ancienne économie tant vilipendée en cette ère d'une soit-disant " nouvelle " économie, semblent prometteuses pour l'avenir.

Avant tout l'audace et le courage de quelques uns "exportable", le modèle de la start-up l'est donc sans aucun doute. Ce rapide tour d'horizon suffit pour s'en convaincre. On peut d'ailleurs le regretter, notamment pour tous ceux qui souhaitent créer une entreprise mais refusent ce modèle. Car pour eux, le parcours du combattant est encore plus difficile. Partout, c'est donc aujourd'hui la même recette qui est appliquée avec des ingrédients identiques - réateurs d'entreprises, investisseurs, universités, marché boursier et encouragements des pouvoirs publics - dont seul le dosage varie d'un pays à l'autre. En revanche, il est certain que l'argent, indispensable, ne suffit pas à la réussite de ces fragiles structures. Il faut savoir également les accompagner avec une attention toute particulière durant leur développement, faute de quoi elles sont vouées à l'échec.

Mais le plus important reste sans conteste les hommes, ceux qui souhaitent entreprendre. Or sur ce plan, rien n'a changé entre l'ancienne et la nouvelle économie. Seuls les hommes audacieux, courageux et disposant des capacités de réflexion nécessaires sont capables de se lancer dans la création d'une entreprise. Ce qui, soulignons-le, n'a rien à voir avec la direction d'une entreprise. Ceci explique pourquoi de nombreuses start-up deviennent très rapidement des start-down.