Tech

Tout commence en Californie

Dossier - Start-up : un concept à manipuler avec précaution
DossierClassé sous :technologie , start-up , start-down

-

" Start-up ", le mot claque comme le coup de feu qui libère les athlètes au départ d'une course. Semée d'embûches de toutes sortes, celle-ci s'apparente à une course de fond effectuée au rythme d'une épreuve de vitesse. Dans ces conditions, les accidents de parcours, voire même l'abandon pur et simple, ne sont pas rares. Pour s'en sortir, ces véritables prématurés que sont ces entreprises très fragiles nécessitent donc les soins les plus attentifs. Autopsie d'un modèle né dans la mythique Silicon Valley et qui suscite depuis quelques années un engouement dans le monde entier.

  
DossiersStart-up : un concept à manipuler avec précaution
 

Ainsi, dès 1909, le président de la célèbre Université de Stanford crée le premier fonds de capital-risque qui s'élève alors à 500 dollars. Il s'agit alors de soutenir le développement de l'Audion, une invention de l'ingénieur américain Lee De Forest. En ajoutant une grille entre l'anode et la cathode dans la diode de J.A. Fleming, celui-ci a inventé la lampe triode, un tube à vide capable d'amplifier les signaux et dont le développement va permettre l'essor de la radiophonie. Dans les années 1920, sous l'impulsion de Frederic Terman, professeur au sein même de cette université, commence à s'ébaucher la Silicon Valley. Pour ce faire, cet universitaire brillant encourage ses étudiants à fonder leur entreprise et à s'installer à proximité du campus.

C'est dans ce contexte que William Hewlett et David Packard décident de créer en 1938 une petite entreprise, devenue depuis lors l'un des principaux groupes informatiques américains, plus connu aujourd'hui sous ses initiales H-P. En 1946 est fondé le Stanford Research Institute dont le rôle est celui d'une interface avec les industriels. Cinq ans plus tard, c'est le parc industriel de Stanford qui sort de terreObjectif : abriter des entreprises de haute technologie. De leur côté, les industriels ne sont pas en reste et participent largement à la construction de cette " Vallée du silicium ". Ainsi Lockeed s'installe en Californie en 1956. Environ 40 % de la production de semi-conducteurs sont ainsi écoulés au travers des commandes de l'industrie de l'armement. Centre de recherche du groupe Xerox, le PARC (Palo Alto Research Center), d'où sont sorties de nombreuses innovations dans le domaine de l'informatique - en particulier la fameuse souris - est également très impliqué dans la réussite de la Silicon Valley.

La matière grise, l'argent, l'outil industriel : tous les ingrédients semblent à présent réunis pour que la mayonnaise puisse enfin prendre. Et les résultats sont à le mesure des ambitions que laissaient espérer le développement d'un tel projet. Apple, Intel et bien d'autres voient le jour et connaissent rapidement le succès. Les fameux " garages " dans lesquels ont germé quelques unes des plus remarquables idées de l'informatique d'aujourd'hui vont permettent d'entretenir le mythe, y compris au milieu des années 1980 où les entreprises du secteur informatique connaissent de graves difficultés. Pourtant, de ces " garages ", l'histoire des sciences et des techniques en regorgent. L'américain Henry Ford et le français Louis Renault n'ont-ils pas, eux aussi, ébauché des empires dans des hangars ou sous des appentis n'ayant rien à envier aux " garages " californiens ?