La toile de près de 16 m2 a été photographiée au plus près pour relever chaque détail de l’œuvre. © Rijksmuseum
Tech

Une photo de 717 gigapixels dévoile les secrets d'un Rembrandt

ActualitéClassé sous :technologie , Art , Rijkmuseum

La célèbre toile « La ronde de nuit » de Rembrandt a été entièrement numérisée avec un niveau de précision inédit au Rijksmuseum, le célèbre musée d'Amsterdam, aux Pays-Bas.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] HenGenTou : photos et peintures prennent vie grâce au mapping vidéo  Des scientifiques nippons ont développé un système de mapping vidéo permettant à des photographies ou des peintures de s’animer. Voici en vidéo une démonstration de cette surprenante technique. 

Avec les métavers, l'appellation de jumeau numérique est à la mode. Voici celui de La ronde de nuit, la majestueuse toile de Rembrandt qui est exposée au Rijksmuseum d'Amsterdam. Chaque centimètre des 15,86 mde l'œuvre a été photographié avec une résolution de 100 mégapixels. Il a fallu assembler 8.439 clichés pour obtenir une résolution totale de 717 milliards de pixels. De ce fait, il s'agirait de la photo d'une œuvre d’art dotée de la plus haute résolution jamais créée pour numériser cette toile. Le chef d'œuvre mesure 363 cm × 437 cm et marque la maîtrise de la lumière et de l'ombre qui faisait le talent de l'artiste.

Pour la circonstance, le musée a monté une équipe baptisée « Operation Night Watch ». Les techniciens ont utilisé un Hasselblad H6D fixé sur un bras articulé pour réaliser les prises de vues. Pour optimiser la netteté et le respect des couleurs, chacune d'entre elles avait une profondeur de champ de seulement 125 micromètres (environ 1/8e de millimètre).

La ronde de nuit du peintre Rembrandt. © Rijksmuseum d'Amsterdam, Wikimedia Commons, domaine public

717 milliards de pixels

Chaque pixel étant espacé de seulement 5 micromètres, la quantité de détails relevés est époustouflante et ce jumeau numérique va permettre aux historiens de l'art et aux chercheurs d'aller bien plus loin dans leurs travaux. Ils pourront étudier les particules de pigment et l'utilisation des savons au plomb sur la peinture. On peut d'ailleurs observer la fine restauration de la toile après qu'elle a été lacérée en 1975 avec un couteau. De même, cette numérisation va permettre de suivre l'altération de l'œuvre au fil du temps et d'établir des traitements préventifs localisés. Enfin, puisque cette toile est également visible par tout un chacun via le site du musée, vous pourrez aussi découvrir des détails que l'on n'aperçoit pas forcément sur une toile aussi grande.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !