Même les non-fumeurs peuvent être affectés par les émanations de nicotine présentes dans la fumée des vapoteurs. Il était jusqu’à maintenant difficile d’évaluer la concentration de cette substance dans l’air. Un capteur qui se colle sur la peau permet désormais de la mesurer en temps réel.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] La dépendance au tabac est-elle inscrite dans notre ADN ? Le tabagisme est la première source de mortalité évitable dans le monde. Au-delà de la dépendanull

Vapoter est un grand pas vers l'arrêt de la cigarette et vers le sevragesevrage de son composant le plus addictif : la nicotinenicotine. Cette substance est bien connue pour augmenter le risque de troubles cardiovasculaires et respiratoires et, tout comme la cigarette, les émanations de son équivalent électronique viennent charger l'airair ambiant en nicotine. Malgré une odeur moins désagréable que celle du tabac et des effluves plus ou moins fleuries, le taux de nicotine peut s'avérer nocif pour les non-fumeurs. Et sa concentration est certainement plus élevée dans l'air puisque ces cigarettes qui semblent plus saines, prolifèrent et que les non-fumeurs s'en soucient désormais peu.

Mais comment mesurer ce taux en temps réel alors que les laboratoires ont beaucoup de mal à réaliser ce genre de collecte avec du matériel spécialisé ? Pour régler ce souci, des capteurs de nicotine portables sont en cours de développement. Jusqu'à maintenant, ils n'étaient pas vraiment pratiques car ils nécessitent la présence de sueur ou de lumièrelumière pour fonctionner.

La mesure du taux de nicotine en temps réel

Une équipe de chercheurs issus de plusieurs laboratoires universitaires semble avoir réglé ce souci en mettant au point un capteurcapteur dénué de batterie qui se colle sur la peau pour mesurer le taux de nicotine ambiant en temps réel. Le capteur, qui repose sur un support de polyimide, est constitué de dioxyde de vanadiumvanadium (VO2).

Cette substance est capable de modifier sa conductivitéconductivité selon la concentration de nicotine absorbée. Le capteur va ensuite amplifier ce signal pour le transmettre vers l'applicationapplication dédiée sur un smartphone. L'équipe a publié ses expérimentations chez l'American Chemical Society (ACS), une ONG dédiée aux travaux autour de la chimiechimie et leurs applications au profit de la santé et de l'environnement.