Tech

Boeing dépose un brevet pour un champ de force façon Star Wars

ActualitéClassé sous :technologie , bouclier énergétique , bouclier plasma

L'avionneur Boeing réfléchit à un bouclier impalpable pour protéger les véhicules militaires des explosions à l'aide d'un arc électromagnétique qui atténuerait l'onde de choc. Un brevet a été déposé, mais la mise en œuvre s'annonce complexe...

Le constructeur aéronautique Boeing a obtenu un brevet pour un concept de bouclier qui pourrait atténuer l’onde de choc provoquée par l’explosion d’une bombe. L’idée serait de protéger des véhicules militaires ou des bâtiments. © Nasa Marshall Space Flight Center, Flickr, CC by-nc 2.0

Dans l'épisode 1 de Star Wars : La Menace Fantôme, une scène de bataille sur la planète Naboo voit les combattants s'abriter sous un bouclier de protection géant pour résister aux tirs ennemis. La science-fiction regorge de ce genre de scénarios qui laissent rêveur... Le constructeur aéronautique Boeing songe à concrétiser ce concept de bouclier « à champ de force » dans la réalité. En effet, le géant nord-américain vient d'obtenir un brevet pour un procédé destiné à protéger les véhicules des explosions. Le brevet publié par le bureau américain des brevets et des marques (USPTO) décrit une « méthode et un système pour atténuer les ondes de choc grâce à un arc électromagnétique ».

L'idée n'est donc pas d'utiliser un tel bouclier pour repousser les balles et les éclats, mais d'amoindrir l'onde de choc provoquée par l'explosion d'une bombe. Boeing a donc échafaudé un système de détection et de contre-mesure. Il repose sur des capteurs qui repèrent la signature électromagnétique d'un engin explosif puis estiment l'emplacement et la puissance de l'onde choc avant qu'elle ne vienne frapper le véhicule. Le système déclenche alors des tirs laser à haute fréquence qui vont localement chauffer les molécules d'air afin de créer un arc électrique entre le véhicule et le point d'explosion.

Selon le principe du bouclier plasma initié par Boeing, des capteurs détecteraient la signature électromagnétique d’une bombe puis déclencheraient des tirs laser afin de créer un arc électrique qui atténuerait l’onde de choc. © Boeing, USPTO

Le bouclier de plasma est scientifiquement réalisable

Cette concentration d'énergie produit un canal de plasma. Dans ce volume de gaz ionisé, température, pression et composition sont suffisamment différentes, explique le texte du brevet, pour amortir, dévier ou réfléchir l'onde de choc venue de l'explosion. L'année dernière, des étudiants de l'université de Leicester (Royaume-Uni) ont publié un article démontrant que les boucliers à plasma imaginés dans Star Wars seraient scientifiquement réalisables. Le système reprendrait le principe des communications intercontinentales par propagation ionosphérique. Pour créer un bouclier à plasma autour d'un engin volant, il faudrait utiliser des aimants à haute puissance dont les étudiants de Leicester ont calculé la force nécessaire afin d'obtenir une densité de plasma susceptible de résister à un tir laser. Mais il y aurait cependant plusieurs contraintes très importantes...

La première est que la quantité d'énergie nécessaire pour que les aimants puissent produire ce bouclier serait telle que l'équipement occuperait la majeure partie du vaisseau. Deuxième problème, le bouclier fonctionne vers l'extérieur et l'intérieur. Sachant que sa vocation est de détourner le rayonnement lumineux, il bloquerait toute lumière et empêcherait le pilote de voir quoi que ce soit, ce qui n'est pas l'idéal en situation de combat.

Le procédé de Boeing n'est pas à proprement parler un bouclier permanent car cela nécessiterait une quantité d'énergie beaucoup trop importante. Cependant l'idée soulèverait tout de même de nombreux défis techniques. Il faudrait d'abord que le déclenchement du bouclier soit parfaitement synchronisé et positionné dans l'espace pour intercepter l'onde de choc de la façon la plus efficace, le tout sur un véhicule en mouvement. Le système devrait également être en mesure d'évaluer la puissance de l'explosion afin de moduler l'intensité et la taille de l'arc électromagnétique. Boeing pense utiliser une base de données répertoriant la signature d'explosions de différents types de bombes. L'avionneur n'a pas évoqué d'expérimentation concrète à partir de ce brevet, du moins officiellement.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi