Le 77e salon de l'automobile de Genève a ouvert ses portes ce jeudi 8 mars 2007 en arborant un nouveau visage: celui de l'économie du carburant et des énergies dites "vertes".
Cela vous intéressera aussi

La tendance se faisait déjà sentir les années précédentes, mais cette fois l'applicationapplication des normes anti-pollution et des nouvelles technologies est définitivement passée du stade de simple gadget à celui d'argument de vente. Tous les constructeurs présents s'ingénient aujourd'hui à appliquer des solutions pour la voiture du futur, non seulement face à l'augmentation du prix du carburant, mais aussi au problème de l'émissionémission de gazgaz polluants dans l'atmosphèreatmosphère.

Modèle à biocarburants présenté par l'Ecole d'Ingénieurs de Geneve

Modèle à biocarburants présenté par l'Ecole d'Ingénieurs de Geneve

Monsieur Luc Argand, président du salon, ne dissimulait d'ailleurs pas ses ambitions lors de son discours inaugural, déclarant: "Vous constaterez que ce n'est plus essentiellement le temple de la puissance, de la performance à tout prix, de la vitessevitesse, d'un certain gigantismegigantisme, mais celui des nouvelles technologies, inventées pour tenir compte d'autres contraintes vitales pour notre futur à tous. La violente et salutaire découverte de la fragilité de notre monde a ainsi trouvé dans l'automobileautomobile, à cette occasion, un bouc émissaire et une facile victime."

Le directeur adjoint de l'Association suisse des véhicules routiers électriques, constate quant à lui qu'il y a bien plus de véhicules présentés non plus comme simples prototypes, mais qui en sont au dernier stade de développement avant commercialisation. Il souligne qu'en Suisse, les ventes de véhicules hybrideshybrides ont progressé de 53 % en 2006, et celles des véhicules fonctionnant au gaz naturelgaz naturel de 40 %.

Parmi les stands, on aperçoit Toyota, Lexus, Honda entre autres, qui présentent des modèles alliant moteur à essence et propulsion électrique, tandis que d'autres dévoilent leurs projets, comme le Coréen Kia, qui dévoile à cette occasion un prototype nommé Rio et dont 400 exemplaires circulent déjà en phase de test, avant une commercialisation prévue en 2010.

Mais ce sont les biocarburantsbiocarburants qui semblent recueillir aujourd'hui la faveur des constructeurs, ce choix imposant nettement moins de modifications profondes du système de motorisation de leurs véhicules. Plusieurs marques proposent aussi leurs modèles, même si dans la pratique, l'infrastructure reste à développer.

Modèle commercial équipé pour les biocarburants.

Modèle commercial équipé pour les biocarburants.

Même pour la motorisation essence ou diesel, l'évolution est sensible et le soucisouci écologique se ressent à tous les niveaux. Mercedes, Porsche, BMW, Renault, Kia, et bien d'autres, exposent volontiers leurs nouveaux moteurs équipés d'innovations technologiques et ne se montrent pas avares d'explications détaillées sur leurs filtres à particules et systèmes de réduction de consommation, insistant aussi sur la réduction de l'émission de CO² jusqu'à 140 g/km imposée par les accords de Kyoto, et que la Commission européenne voudrait encore réduire à la baisse.

D'autres filières sont également présentes, comme le modèle Hydrogen 7 de BMW, une "solution à long terme" selon le directeur de la firme, Norbert Reithofer, ou le prototype Peugeot à pile à combustiblepile à combustible.

Le président de General Motors, Rick Wagoner, avait estimé mardi dernier que l'industrie automobile allait évoluer radicalement face aux exigences écologiques, mais que cela allait coûter très cher. L'ensemble du Salon lui donne pourtant raison, les économies d'énergie et les dispositifs antipollution apparaissant désormais comme une tendance forte.