Tech

Pour ne plus rouler ivre

ActualitéClassé sous :Tech , alcool , volant

Pourquoi les conducteurs ivres continuent de prendre la route ? Parce qu'ils le peuvent, avance Mothers Against Drunk Driving (les mères contre les conducteurs ivres). L'association, qui déplore 13 000 morts annuels sur les routes aux États-Unis liés à l'alcoolisme, a lancé une campagne visant, entre autres, à rendre obligatoire l'installation d'antidémarreurs reliés à des alcootests dans les voitures des personnes condamnées pour conduite en état d'ivresse.

Le système Tokai Denshi

Entre 70 et 100 000 véhicules et bus scolaires en seraient d'ores et déjà dotés dans le pays.

En Suède, Volvo compte installer des alcootests dans ses camions cette année, une mesure qui sera étendue à tous les véhicules suédois en 2012. Nissan, de son côté, teste un antidémarreur se présentant sous la forme d'un pavé numérique : la combinaison permettant de débloquer le véhicule est tellement complexe qu'une personne saoule ne devrait pas pouvoir y parvenir.

Toyota propose pour sa part d'installer dans ses autos, à l'horizon 2009, des capteurs sur le volant pour détecter la présence d'alcool dans la sueur. Au cas où le conducteur porterait des gants et parviendrait quand même à démarrer, le système serait doublé d'un système de détection des mouvements anormaux de la direction, voire d'une caméra capable de remarquer la dilatation des pupilles du conducteur, afin de ralentir, puis de stopper, son véhicule.

Au Japon toujours, les sociétés de bus, de taxis et autres employeurs de chauffeurs peuvent enfin s'abonner au nouveau service de NTT DoCoMo : les chauffeurs passent un appel - en visiophonie - à leur employeur, tout en soufflant dans le "ballon" électronique : le système vérifie l'identité de l'employé et bloque l'antidémarreur si le taux d'alcoolémie s'avère trop élevé.

Les téléphones Alc-Mobiles de la société Tokai Denshi, quant à eux, envoient au siège des sociétés qui s'y sont abonnées, le résultat de l'éthylotest ainsi que les coordonnées GPS du mobile du salarié. L'opérateur mobile KDDI, qui commercialise ce système, vient également de proposer une nouvelle gamme de téléphones mobiles qui, s'ils visent pour l'instant les enfants - ou plutôt leurs parents -, pourraient aussi intéresser les employeurs : équipés d'un système couplant audio-vidéo-surveillance et GPS, ils permettent non seulement de géolocaliser leurs porteurs, mais aussi de visuraliser leur environnement.

Par Jean-Marc Manach

Cela vous intéressera aussi