Les régies publicitaires n'hésitent pas à collecter les données personnelles des enfants et adolescents. © Mirko Sajkov, Pixabay
Tech

Attention aux applications éducatives qui exploitent les données personnelles de vos enfants

ActualitéClassé sous :Tech , données personnelles , Tech / smartphone / applications

-

Selon une étude menée dans 22 pays, les applications éducatives enregistrent, collectent et exploitent les données personnelles comme la géolocalisation, l'identifiant du smartphone ou encore le nom ou l'adresse e-mail. Des pratiques d'autant plus regrettables que les plus jeunes sont moins vigilants que les adultes, et que ces données échappent ensuite à tout contrôle.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Nao, le robot qui aide les enfants à l’école  Des chercheurs de l’école polytechnique de Lausanne, en Suisse, ont eu l'idée d'utiliser le robot Nao pour aider les enfants dans les écoles. L'androïde accompagne les bambins non pas en devenant leur professeur mais leur élève. Découvrez en vidéo l'étonnante utilisation de ce robot. 

Les enfants et les adolescents sont des cibles privilégiées pour les annonceurs, et des applications éducatives n'hésitent pas à collecter et à exploiter leurs données personnelles à des fins publicitaires. C'est ce que démontre une étude menée par l'International Digital Accountability Council (IDAC).

En juillet, ce groupe de recherches a examiné des centaines d'applications éducatives dans 22 pays, dont la France, mettant en lumière des problèmes de confidentialité. Au total, ce groupe a testé environ 400 applications de manière automatique, puis 98 applications de manière manuelle, comme un utilisateur lambda. Ce qui donne 78 applications sous Android, et 45 sous iOS, et cela va de l’apprentissage des langues (Babbel, Rosetta Stone...) à la découverte de l’espace, en passant par des activités ludiques et des encyclopédies (Wikipedia).

Nom, email, identifiant... Facebook récupère beaucoup de données personnelles © IDAC

À Apple et Google de faire la police

Plusieurs applications fournissaient ainsi des données de localisation à des annonceurs tiers et collectaient également des identifiants propres à chaque appareil (numéro IMEI). Les chercheurs ont aussi constaté que 79 d'entre elles partagent des données comme le nom, l'adresse e-mail, le nom du réseau Wi-Fi. Autant de données que les publicitaires peuvent ensuite exploiter...

Le plus grave, évidemment, c'est que ces données sont partagées alors même que l'utilisateur ne donne pas son consentement. Et quand on accepte, c'est le flou le plus complet sur l'exploitation des données. Beaucoup d'entre elles communiquent avec Facebook ou Google, et selon cette étude, on trouve 140 applications tierces qui récupèrent ces données, sans être liées directement à l'application. Dans son rapport, l'IDAC réclame plus de vigilance de la part des plateformes (Apple et Google) mais aussi d'éthique de la part des développeurs d'applications qui profitent du manque de connaissance ou de la naïveté des enfants pour exploiter leurs données.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !