Pour lutter contre les effets négatifs de l'apesanteur, et se maintenir en forme durant sa prochaine mission, Thomas Pesquet pratiquera notamment des séances de vélo. Celles-ci seront agrémentées du dispositif d'une start-up française qui lui permettra de « se téléporter » sur de véritables itinéraires urbains ou de campagne.

Thomas Pesquet va expérimenter un système basé sur la réalité virtuelle donnant l'impression de pédaler sur les routes de France tout en étant à 400 km au-dessus de la Terre dans la Station spatiale internationaleStation spatiale internationale. Le Français doit s'envoler pour l'ISS le 22 avril 2021, pour une nouvelle mission longue de 6 mois.

Voir aussi

Thomas Pesquet aura l'honneur de commander la Station spatiale lors de son prochain séjour

Entre deux expériences, Thomas Pesquet va devoir veiller à prendre soin de lui afin de revenir sur Terre en ayant perdu le moins de masse musculaire possible. Pour cela, il compte faire du sport et notamment du vélo. Un procédé moderne va l'aider à pédaler en ayant l'impression d'être bien sur Terre, à partir d'un casque de réalité virtuelle (Oculus Quest) et d'une technologie, baptisée Fit Immersion, développée par la start-up française, Perform VR.

Chaque jour, les membres de l'ISS passent environ deux heures à faire du sport, ce qui est absolument indispensable pour maintenir leurs muscles en forme dans un environnement sans la moindre pesanteur. Or la réalité virtuelle offre aujourd'hui de nouvelles perspectives et rend cette activité encore plus attrayante.

À bord de l'ISS, Thomas Pesquet pourra se « téléporter » sur les routes de France et de Navarre grâce au dispositif Fit Immersion de la start-up française Perform VR. © Fit Immersion, Perform VR
À bord de l'ISS, Thomas Pesquet pourra se « téléporter » sur les routes de France et de Navarre grâce au dispositif Fit Immersion de la start-up française Perform VR. © Fit Immersion, Perform VR

En immersion totale sur de véritables itinéraires

L'idée est de pouvoir faire du sport (ou de simuler) comme sur la Terre même lorsque l'on en est si éloigné. Le dispositif mis en place permet ainsi de simuler un parcours à vélo sur de véritables itinéraires. Si tout se passe comme prévu, Thomas Pesquet aura donc la douce sensation de pédaler dans les rues de Paris ou encore celles de St Pétersbourg, mais aussi de gravir le Col de la Gineste, près de Marseille, le tout à plus de 400 km au-dessus de la Terre. Chaque séance dure environ 30 minutes.

La start-up française Perform VR est spécialisée dans l'entraînement sportif basé sur la captation par la vidéo à 360 degrés d'un environnement bien réel. Grâce à cette technologie, il devient donc possible de se « téléporter » tout en faisant de l'exercice physiquephysique. En plus du casque de réalité virtuelle et afin de pouvoir bien enregistrer ses performances, Thomas Pesquet dispose de tout un équipement dédié, comme des pédales émettant un capteurcapteur de puissance.

À noter qu'il s'agira de l'une des 12 expériences françaises opérées par Thomas Pesquet pour le Centre d'aide au développement des activités en micropesanteur et des opérations spatiales (Cadmos) dans le cadre de cette nouvelle mission.

Le casque de réalité virtuelle avec lequel Thomas Pesquet réalisera ses séances d'entraînement à bord de l'ISS. © Perform VR