Tout se vend, même le code source original du Web. Programmé à la fin des années 80 par Sir Tim Berner's Lee, les 10.000 lignes de ce code original ont été vendues sous forme de jetons non fongibles (NFT), pour un montant de 5,4 millions de dollars.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Comment fonctionne Internet ? Un peu, beaucoup, quotidiennement… Nous sommes de plus en plus nombreux à bénéficier d’un accènull

Le NFT, cette bizarrerie qui permet, par exemple, de garantir l'origine des « objets » numériques, comme des œuvres d'art, vient d'enrichir le créateur du WebWeb de 5,4 millions de dollars. Sir Tim Berners-LeeTim Berners-Lee est le créateur du code source originel du World Wide Web et il vient justement de vendre les 10.000 lignes de son code aux enchères. La vente a débuté le 23 juin chez la célèbre salle d'enchères Sotheby's. L'offre d'ouverture était alors de 1.000 dollars. Les enchères ont plafonné à 3,5 millions de dollars pendant un bon moment, jusqu'à ce que les offres se multiplient pour culminer à 4,5 dollars durant les 15 dernières minutes. C'est en 1989 que Tim Berners-Lee a créé les prémices du Web avec l'arrivée des premiers hyperliens qui permettaient de connecter différentes informations entre elles. De fait, il avait programmé en Python le premier navigateurnavigateur et serveur Web.

Voir aussi

Le Web a 30 ans : les quatre grandes phases de son évolution

Le Web reste libre de droit

Le CernCern (l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire) pour laquelle il travaillait avait considéré que cette création devait rester libre de droit. C'est bien sûr toujours le cas puisque ce qu'a vendu Tim Bernes-Lee, c'est plutôt la première image de ce qu'il a écrit lui-même à l'époque. C'est en tout cas, ce qu'il a expliqué au Guardian et c'est d'ailleurs la description faite par Sotheby’s qui vend cet objet numérique comme « la seule copie signée du code du premier navigateur Web existant ».

Voir aussi

La première page Web republiée par le Cern

Basé sur la BlockchainBlockchain, le NFT (Non Fungible Tokens) fait parler de lui en raison des sommes vertigineuses engagées lors de ventes aux enchères pour des biens numériques originaux. Ainsi, 69 millions de dollars ont été dépensés pour faire l'acquisition des œuvres d'art numérique de Beeple. De même, le tout premier tweet de Jack Dorsey, le créateur de Twitter, a été vendu 29 millions de dollars. Tout cela reste étonnant alors que le numérique permet justement de dupliquer à l'infini et sans perte.