https://webfoundation.org/2019/03/web-birthday-30/Créé pour partager l'information et le savoir avec le plus grand nombre, Internet est devenu un outil pour les fraudeurs et les conspirationnistes. © TheDigitalArtist, Pixabay

Tech

Quel avenir pour le Web ? Réponse de son inventeur, Tim Berners-Lee

ActualitéClassé sous :Internet , communication , World Wide Web

-

Pour Tim Berners-Lee, l'Internet dont il avait rêvé échouera si l'on ne crée par un cadre strict pour lutter contre la désinformation et l'exploitation des données personnelles.

Il signe « Monsieur Tim » mais cette lettre est du père d'Internet, Sir Tim Berners-Lee. C'est à lui qu'on doit le Web tel qu'on le connaît aujourd'hui, et dans une longue lettre publiée sur le site de la Web Foundation, il revient sur son invention d'un « système de gestion de l'information » pour le plus grand nombre, et il évoque son avenir.

Lui qui souhaitait simplement donner accès à l'information avec la notion de partage constate aujourd'hui que le Web est devenu « une place publique, une bibliothèque, un cabinet de médecin, un magasin, une école, un studio de design, un bureau, un cinéma, une banque et bien plus encore ». S'il admire aussi le fait que la moitié de la population soit connectée et qu'Internet simplifie et enrichit la vie quotidienne, il regrette qu'il soit aussi devenu le terreau des « fraudeurs, une voix à ceux qui propagent la haine et facilitent la perpétration de toutes sortes de crimes ».

Une déclaration universelle des droits de l'Internet ?

Pour freiner cette tendance et revenir à un espace bienveillant et sûr, Berners-Lee milite pour la mise en place de lois et d'un code, semblable à celui que l'on trouve dans la vie de tous les jours. Il prône de s'attaquer à la cause et non aux symptômes, et cela exige un travail en profondeur avec un esprit communautaire. Il prend ainsi exemple sur la Déclaration universelle des droits de l'homme, née de l'esprit de gens venus de tous bords et il souhaite qu'Internet soit reconnu comme « un droit humain et construit pour le bien public ». Cela passe forcément par le soutien des gouvernements, garants de la protection des droits et libertés des personnes en ligne, mais aussi capables de sévir lorsque les intérêts privés de sociétés menacent le bien public.

L'internaute peut contrôler ce qu'il partage sur les réseaux sociaux. Mais les failles sont nombreuses et des applications continuent de récolter les informations confidentielles pour les monnayer. © Futura

En tournée pendant deux jours à travers la planète pour fêter les 30 ans de son invention, Berners-Lee s'est aussi exprimé dans une interview auprès de journalistes, dont nos confrères de l’AFP. Il cible son combat contre la désinformation (fake news) et le manque de protection des données. « On devrait avoir le contrôle complet de ses données. Ce n'est pas de l'essence. Ce n'est pas un produit, rappelle-t-il. On ne devrait pas pouvoir les vendre contre de l'argent car c'est un droit. »

Données génétiques et données personnelles, même combat !

Très affecté par l'affaire Cambridge Analytica, il milite pour un navigateur plus anonyme et des applications qui ne stockent plus les données des utilisateurs. Là encore, il estime que seuls les gouvernements, avec des lois, sont capables de stopper les abus actuels : « Parfois, il faut que la législation stipule que les données personnelles, les données génétiques, ne doivent jamais être utilisées. »

Le tout en restant positif pour la suite : « Vu comment le Web a changé au cours des 30 dernières années, il serait défaitiste et dénué d'imagination de supposer que le Web tel que nous le connaissons ne puisse pas être amélioré dans les 30 prochaines années. Sinon ? On aura échoué », conclut-il.

  • Inventeur du Web, Tim Berners-Lee souhaite que des lois strictes encadrent l'utilisation d'Internet.
  • La protection des données personnelles doit être un droit.
  • La lutte contre la désinformation est essentielle pour l'avenir du Web.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi