Tech

Facebook introduit son moteur de recherche Graph Search

ActualitéClassé sous :Internet , réseau social , facebook

Le réseau social Facebook a dévoilé hier la version bêta de son outil de « recherche dans le graphe », Graph Search. Il s'agit d'un moteur de recherche destiné à retrouver des contenus grâce aux interactions que produit Facebook à partir de requêtes qui peuvent combiner de nombreux critères. Un outil potentiellement très puissant que Facebook compte perfectionner.

Autre exemple de résultat de recherche dans le graphe pour la requête « personnes qui aiment ce que j’aime » avec Graph Search. Sur la droite de la page, on aperçoit un panneau avec des options permettant d’affiner la recherche en ajoutant de nouveaux critères. © Facebook

On attendait un smartphone, de nouvelles applications mobiles voire de nouveaux outils publicitaires. C'est finalement un moteur de recherche que Facebook a dévoilé hier. Baptisé Graph Search ou recherche dans le graphe, il s'agit d'un outil qui permet d'explorer le graphe social, « une manière complètement nouvelle de trouver de l'information sur Facebook », a déclaré mardi Mark Zuckerberg, le fondateur et PDG de Facebook.

Le graphe social repose sur toutes les interactions que plus d'un milliard de membres de Facebook créent en échangeant des photos, en partageant leurs goûts musicaux, sorties, loisirs, voyages, jeux, etc. Pour illustrer l'ampleur de ces contenus indexés sur les serveurs du réseau social, Mark Zuckerberg a livré quelques chiffres vertigineux : plus de 240 milliards de photos et 1.000 milliards de connexions entre les membres.

Graph Search, le moteur de Facebook avec un grand potentiel

La recherche dans le graphe permet de puiser dans ces contenus de manière inédite, en combinant les critères de recherche. Pour illustrer la différence entre un moteur de recherche comme celui de Google et son nouveau produit, Mark Zuckerberg a expliqué que « le Graph Search vous livre la réponse et non les liens vers la réponse ». L'outil se présente sous la forme d'une barre de recherche en haut de chaque page.

« Photos de mes amis prises à Paris », « pays que mes amis ont visités », « restaurants indiens qu'aiment mes amis Indiens », « musiques qu'aiment mes amis qui aiment le jazz », « personnes qui aiment le VTT et vivent près de chez moi », « personnes qui travaillent dans mon entreprise et aiment le football », voici quelques exemples du type de recherche que l'on peut faire. Les résultats s'affichent sur une page et sont classés en fonction du lien relationnel que l'on entretient avec les membres en allant du plus proche au plus éloigné.

Exemple de résultat obtenu avec la recherche dans le graphe Facebook. Ici, Mark Zuckerberg, le fondateur et patron du réseau social, a tapé la requête « photos de mes amis avant 1999 ». © Facebook

Attention aux réglages de confidentialité sur Graph Search

On comprend rapidement la puissance de l'outil et l'infinité de combinaisons de recherche qu'il autorise. Un outil à géométrie variable, qui permet d'effectuer des requêtes larges (« photos que j'aime ») ou au contraire très ciblées (« amis de mes amis qui ont visité le parc national de Yosemite »). Chaque contenu publié sur Facebook a son audience, c'est-à-dire le public auquel il s'adresse en fonction de ce qu'a défini la personne qui le diffuse. Ainsi, les contenus accessibles par la recherche dans le graphe sont uniquement ceux qui ont été partagés par une personne en respectant ses réglages de confidentialité.

Néanmoins, toutes les activités réalisées sur Facebook depuis la création d'un compte sont potentiellement accessibles via la recherche dans le graphe. Soucieux de ne pas s'attirer une fois de plus les foudres des autorités chargées de la protection des données personnelles, Facebook encourage ses membres à vérifier les contenus qu'ils ont partagés (photos où ils apparaissent, données personnelles, interaction avec des applications tierces, etc.) et à effectuer les modifications nécessaires dans leurs paramètres (audience des contenus) pour éviter une exposition qu'ils ne désirent pas.

Graph Search pas encore disponible en France

En effet, sachant que le graphe social de Facebook ne cesse de croître et de se densifier, la recherche dans le graphe est amenée à gagner en puissance et en pertinence. D'autant que Facebook compte la faire évoluer en y ajoutant la possibilité de chercher parmi les messages publiés, les commentaires, les pages que l'on a « aimées », les contenus que l'on aura diffusés ou consultés via des services tiers (sites Internet, autres réseaux sociaux, etc.) comme Instagram (racheté en avril 2012 par Facebook). Pour l'instant réservée aux « audiences américaines », la recherche dans le graphe sera à terme disponible dans toutes les langues et sur les appareils mobiles« Nous avons des années et des années de travail devant nous », a reconnu Mark Zuckerberg.

Interrogé sur la possibilité d'exploiter cet outil d'un point de vue commercial, le jeune patron a admis qu'il y avait effectivement un potentiel, mais que la priorité était de concevoir une expérience satisfaisante pour l'utilisateur. On devine que la recherche dans le graphe, qui s'imposera sans doute rapidement comme une fonction clé de Facebook, représentera un outil extrêmement attractif pour les annonceurs qui pourraient diffuser des publicités toujours plus ciblées. Pour le moment, le service est en version bêta, disponible en accès restreint sur inscription et uniquement en anglais. Facebook n'a pas donné de délai pour le lancement de la version finale.

Cela vous intéressera aussi