En analysant la fréquence des recherches sur Google autour des symptômes de la Covid-19, les chercheurs peuvent prévoir un nouveau pic plus de deux semaines à l’avance. La méthode, publiée dans la revue Nature Digital Medecine, est déjà utilisée pour surveiller l’épidémie de grippe saisonnière.

Nos recherches sur Google dévoilent souvent beaucoup plus sur nous qu'on ne le pense. Dans un article publié dans la revue Nature Digital Medicine, des chercheurs de l’University College de Londres ont utilisé les recherches des internautes avec Google afin de prévoir les pics de Covid-19Covid-19 en moyenne 17 jours à l'avance. La méthode reprend des outils déjà développés pour surveiller l'épidémieépidémie de grippegrippe saisonnière, et valide leur utilisation avec le coronaviruscoronavirus.

Les chercheurs ont établi un modèle en choisissant des termes basés sur les symptômes de la Covid-19, pondérés en fonction de leur fréquence d'apparition dans les cas confirmés. Ils ont notamment découvert que cinq symptômessymptômes en particulier permettent de prévoir le nombre de cas : la cyanosecyanose au niveau du visage, la perte de l'odoratodorat ou de l'appétit, les yeuxyeux rouges et l'essoufflement.

Une méthode valable quel que soit le pays

Les chercheurs ont ensuite dû calibrer le modèle pour prendre en compte les pics de recherche lorsque le sujet est traité dans les médias. La méthode a été testée dans plusieurs pays, dont le Royaume-Uni, la France, les États-Unis, l'Italie, l'Australie et l'Afrique du Sud.

« Nous avons montré que notre approche fonctionne pour différents pays, peu importe les différences culturelles, socioéconomiques ou de climat », a indiqué le Dr Vasileios Lampos. Ils ont pu ainsi relever les signes précoces d'un pic et analyser l'effet des mesures de distanciation physique. Cette méthode pourrait être utilisée pour assister dans la réponse à l'évolution de l'épidémie, et les chercheurs partagent déjà leurs données avec le gouvernement britannique.