L’application utilise à la fois une IA et la caméra d’un smartphone pour relever les excès de vitesse. © Speedcam Anywhere
Tech

Au Royaume-Uni, cette application permet de dénoncer les chauffards

ActualitéClassé sous :intelligence artificielle , voiture , radar de vitesse

En utilisant une IA, l'application pour smartphone Speedcam Anywhere peut estimer la vitesse d'une voiture à partir d'un simple cliché. Utile pour dénoncer un excès à la police selon son éditeur. Cette application, utilisable par n'importe qui, fait actuellement débat au Royaume-Uni où elle est proposée.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] La voiture autonome de Google testée sur la voie publique  On devrait bientôt pouvoir croiser la Google Car sur les routes californiennes. En effet, ce petit véhicule autonome et électrique a reçu l’approbation de rouler en ville. La voici en vidéo sur les routes de Mountain View, près du siège de Google. 

Devoir civique ? dénonciation abusive assistée par ordinateur ? Dans tous les cas, cette nouvelle application mise au point par des entreprises de la Silicon Valley et des universitaires britanniques fait parler d'elle outre-Manche. Elle s'appelle Speedcam Anywhere et elle permet à tout un chacun de livrer à la police de façon anonyme tout excès de vitesse de la part des conducteurs. Autrement dit, le radar mobile, c'est l'utilisateur. C'est par le truchement de la caméra de mobile d'un passant, qu'une IA permet de relever la vitesse d'un véhicule. Pour le moment, les créateurs de l'application sont inondés d'avis antagonistes de la part du public, au point que leur porte-parole s'est exprimé sous couvert d'anonymat lorsqu'il a été interviewé par The Guardian.

Coup de frein dans les boutiques d’App

Certains y voient une excellente idée pour augmenter la sécurité, d'autres la mise en place d'un État de surveillance généralisé. Même du côté des boutiques d'applications, cela n'est pas simple. Dans un premier temps, Google a refusé l'application sur son Play Store en argumentant qu'une IA à elle seule ne pouvait pas relever correctement la vitesse d’un véhicule. Une affirmation qui s'est finalement révélée fausse. Chez Apple, l'application n'a toujours pas été approuvée, sans que l'éditeur n'avance de raison. Enfin, du côté des autorités de police britanniques, l’algorithme n'est pas encore validé par le ministère. Il faut dire qu'il reste difficile d'y voir légalement un radar.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !