Dans un message radio collecté le 4 mars par un internaute, un officier artilleur russe ordonne aux servants des pièces d’artillerie d’être prêts à tirer à 14 h 00, heure de Moscou sur 27 cibles différentes à Marioupol. Cette carte de l’armée russe dévoile leur plan tactique. © DR
Tech

Guerre en Ukraine : l'IA au service des renseignements

ActualitéClassé sous :Guerre du futur , intelligence artificielle , Conflit en Ukraine

-

En Ukraine, les communications radio de l'armée russe ne sont pas toujours chiffrées. Une fois qu'elles sont collectées par un émulateur radio, une IA est chargée de les traduire et de les analyser. Une mine d'or pour le renseignement, mais un outil qui pourrait s'avérer à double tranchant à terme, sur le champ de bataille.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les 10 menaces les plus dangereuses de l'intelligence artificielle  L’intelligence artificielle a permis des avancées dans le domaine de la santé, la recherche et l'industrie. Mais dans de mauvaises mains, elle peut aussi servir à des fins criminelles ou à la désinformation. 

« Yug 95, avez-vous des contacts avec un senior ? Avertissez-le des tirs d'artillerie au niveau de l'autoroute. Sur les tirs d'artillerie de la route. N'avancez pas par colonne. Déplacez-vous prudemment. » Cette communication radio entre soldats russes a été interceptée, collectée et analysée début mars par une Intelligence artificielle américaine. Elle montre l'état de panique dans lequel se trouvait une colonne de blindés russes face à un tir d'artillerie de l'armée ukrainienne. Le reste de la discussion peut aussi révéler les manœuvres que comptent réaliser les blindés pour échapper aux tirs.

Comme dans de nombreux autres cas, cette communication radio était non chiffrée, ce qui a surpris les observateurs et spécialistes militaires occidentaux. Est-ce le signe d'un manque de préparation, d'une trop grande confiance de l'armée russe dans ses capacités, mêlée à la sous-estimation d'un ennemi bien plus futé que ce qu'elle n'avait imaginé ? En tout cas, l'interception de ces communications par les militaires ukrainiens peut faire la différence sur le terrain.

Avec ses algorithmes développés par la société américaine Primer spécialisée dans le renseignement, l'intelligence artificielle a pu collecter, retranscrire, traduire et analyser le contenu de ce type de conversations. C'est avec ce genre d'outil que de nombreuses communications entre militaires russes ont été publiées et traduites sur les réseaux sociaux. Mais, dans le cas précis de Primer, l'atout de cette IA, c'est sa puissance du traitement du langage naturel et la pertinence de l'analyse de ces communications. Leur interprétation automatique en temps réel est décisive sur le terrain pour adapter les stratégies face à une armée puissante.

Ce twittos collecte les conversations radio non chiffrées entre unités russes. Dans cet exemple, il livre des coordonnées de tir énoncées par l’officier russe à son artillerie. Des tirs qui visent la ville portuaire de Marioupol. © @xateond

L’IA dans la guerre

Primer est déjà aguerri dans la production d'IA entraînées à transcrire et traduire les appels téléphoniques. Depuis le début de l'invasion, la société s'est lancée dans la capture des communications radio des Russes à l'aide d'un logiciel émulant un récepteur radio. Ses algorithmes viennent alors supprimer les bruits qui altèrent l'écoute et extraient uniquement les paroles. Ensuite, le traitement permet d'identifier les instructions et manœuvres que les unités comptent réaliser. Il a aussi fallu adapter l'algorithme au vocabulaire spécifique militaire de l'armée russe. Pour le moment, l'entreprise n'a pas indiqué avec qui elle travaille, mais il y a des chances que l'armée ukrainienne bénéficie de sa solution.

Même si, dans de nombreux cas, les IA de reconnaissance vocale utilisées dans cette guerre sont moins puissantes, ce procédé montre une fois de plus comment l'OSINT (Intelligence Open Source) est devenu un puissant outil de renseignement. Outre la reconnaissance vocale et son traitement, Futura avait expliqué que les outils de reconnaissance faciale étaient utilisés massivement pour identifier les soldats russes dans les vidéos. C'est peut-être d'ailleurs de cette façon que des officiers supérieurs ont été ciblés précisément. De même, alors qu'ils en avaient l'interdiction, les soldats russes ont parfois utilisé leurs smartphones en révélant leur géolocalisation et, dans certains cas, leur état d'esprit. Avec cette guerre, la technologie est devenue un atout majeur pour une armée inférieure en nombre face au bulldozer russe. 

Mais, dès lors que l'on repose ses décisions uniquement sur l'IA sans discernement, cela peut également avoir des conséquences catastrophiques. Les biais des algorithmes pourraient mal interpréter des actions. Et puis, si pour l'instant l'utilisation de l'IA sur le champ de bataille surprend, lorsque les armées seront conscientes de son efficacité, elles feront tout pour induire en erreur les algorithmes et les rendre contreproductifs, voire dangereux.


Soutenez votre média scientifique indépendant : découvrez nos formules d'abonnements !

4 bonnes raisons de s’abonner à Futura sur Patreon :

  1. Un site sans aucune publicité à partir de 3,29 euros par mois.
  2. C’est sans engagement.
  3. Des accès à des contenus prioritaires, en avant-première, rien que pour vous.
  4. Vous soutenez notre activité de la meilleure manière possible. Une réelle motivation pour nous !
Découvrez l'univers Futura sur Patreon !
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !