Avec le drone à réaction JetQuad AB5 les avantages sont certains pour les militaires ou les secours. Le drone peut arriver très vite sur site. Le carburant délivre 40 fois plus d'énergie qu'une batterie au lithium et le plein ne prend que quelques minutes au lieu des heures nécessaires pour recharger un drone électrique. © FusionFlight

Tech

Ce drone survitaminé a atteint les 400 km/h

ActualitéClassé sous :drone , Le turboréacteur , drone multirotor

Pour atteindre une vitesse de plus de 400 km/h avec un drone, une société texane a remplacé les rotors par quatre microréacteurs nourris par du Diesel. L'aéronef peut évoluer en croisière durant 15 minutes.

Pour un drone quadrirotors, se déplacer à des vitesses dépassant les 150 km/h est réservé à quelques modèles. En la matière, le RacerX a pu atteindre furtivement une pointe record de 289 km/h durant un vol très court. Aller au-delà est quasiment impossible, d'autant que l'autonomie est ridiculement réduite. Car, comme n'importe quel hélicoptère, la vitesse des drones à rotors est limitée par un phénomène bien connu des voilures tournantes. La pale qui tourne vers l'avant va cumuler sa vitesse à celle de l'aéronef. Pour la pale qui se trouve à l'arrière, c'est le contraire. Et plus l'appareil va vite et moins la portance se maintient sur la voilure, et moins il peut voler... C'est pour cette raison que ces voilures dépassent rarement les 300 km/h. Il est possible d'améliorer la portance avec des hélices contrarotatives, mais cela reste trop énergivore pour un drone.

La solution ? Remplacer les rotors par quatre microturbines à réaction alimentées par du Diesel. C'est le type de drone qu'a mis au point la société FusionFlight. Basée à Dallas, au Texas (États-Unis), elle a conçu et expérimenté un concept de drone survitaminé avec le JetQuad AB5. Celui-ci cumule deux records : celui du drone à réaction le plus petit et le plus rapide au monde avec une vitesse de pointe de 402 km/h. Comme autre record, l'AB5 peut évoluer en théorie au-delà de 9.144 mètres de hauteur. Il ne s'agit pas pour autant d'un microdrone. L'appareil mesure 120 centimètres de longueur et de largeur pour 60 centimètres de hauteur.

Le JetQuad AB5 développe une puissance de 200 chevaux (149 kW) à plein régime. Les réacteurs peuvent être orientés pour assurer un décollage vertical et un vol horizontal. © FusionFlight

Près de 500 km/h pour le modèle de série

Au niveau de la consommation, le drone est glouton. Un plein de 19 litres lui permet de faire 30 minutes de vol stationnaire ou 15 minutes en croisière.

Mais l'avantage du JetQuad AB5, c'est que contrairement à un drone électrique de ce poids/dimension, l'aéronef peut transporter une charge utile maximale de 18 kilogrammes. Un exploit, sachant que le drone lui-même pèse 23 kg et qu'il faut y ajouter environ 18 kg de carburant.

Pour le moment l'appareil n'existe qu'en tant que prototype, mais il pourrait bien être commercialisé d'ici un peu plus d'un an. La version de série du drone devrait atteindre une vitesse maximale de 483 km/h. La firme compte le faire voler encore plus rapidement, à l'aide de systèmes de post-combustion. Son tarif n'en fera évidemment pas un drone de loisir, puisqu'il sera vendu entre 200.000 et 250.000 dollars.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi