Des chercheurs de l’U.S. Army Research Laboratory sont parvenus à mettre au point un capteur quantique capable d’analyser finement le spectre des radiofréquences sur une plage allant jusqu’à 20 GHz. Un tel outil pourrait permettre de maintenir opérationnelles les communications face à des brouilleurs, ou bien d'écouter celles de l’ennemi.

Dans le futur, le quantique devrait s'inviter sur les champs de bataille. Outre ses capacités en cryptographie, l'informatique quantique semble pleine de promesses pour la bataille des communications que peuvent se livrer les troupes engagées au sol, dans les airsairs et en mer. Échapper aux brouilleurs pour pouvoir synchroniser les actions de combat en communiquant en temps réel, ou pouvoir écouter celles de l'ennemi, est essentiel pour les armées et c'est justement l'une des applicationsapplications rendues possibles par l'informatique quantique.

Voir aussi

Armée américaine : les 10 meilleures inventions de 2019

Ainsi, en janvier dernier, des chercheurs de l'U.S. Army Research Laboratory sont parvenus à mettre au point un nouveau capteurcapteur capable de détecter l'ensemble du spectrespectre radioélectrique jusqu'à 20 GHz. Un spectre qui couvre notamment le Bluetooth, le Wi-Fi et de nombreuses autres méthodes de communication. Ils exploitent pour cela des atomesatomes de rubidiumrubidium en état de Rydberg. Ces atomes utilisés dans les ordinateurs quantiquesordinateurs quantiques sont très sensibles aux ondes électromagnétiquesondes électromagnétiques. En les excitant, ils passent dans cet état de Rydberg. C'est justement ce dernier qui permet d'identifier et d'analyser précisément les ondes.

Ce concept futuriste du capteur quantique doit être optimisé avant de devenir une réalité opérationnelle sur le champ de bataille. © <em>U.S. Army Research Laboratory</em>
Ce concept futuriste du capteur quantique doit être optimisé avant de devenir une réalité opérationnelle sur le champ de bataille. © U.S. Army Research Laboratory

Encore trop gros et énergivore pour être utilisable

Dans leur article, publié sur le site de l'American Physical Society, les chercheurs décrivent comment un laserlaser excite des atomes de rubidium dans une chambre à vide, les forçant à entrer dans cet état de Rydberg. Ainsi, l'appareil collecte les ondes radioradio d'entrée, les traite dans un système à micro-ondes et exploite ensuite des algorithmes pour affiner et augmenter la sensibilité aux régions ciblées du spectre des radiofréquences. Ces capteurs quantiques existent déjà depuis quelques années mais, jusqu'à maintenant, ils ne parvenaient à détecter que de petites plages du spectre des fréquences. Avec leur invention, les scientifiques couvrent une très large plage de façon précise.

Un tel outil pourrait justement servir à protéger les systèmes de communication contre des brouilleurs ou des interférencesinterférences. Il serait aussi utilisable pour détecter et percer les communications de l'adversaire. Le seul hic, c'est que pour le moment le capteur quantique mis au point est inutilisable sur le champ de bataille. Il est trop volumineux et trop énergivore. Les chercheurs travaillent donc à l'optimiser en ce sens.