Un atomeatome a beau être un million de fois plus fin qu'un cheveu, il est possible de « sentir » avec les doigts la substitution d'un seul atome dans un matériaumatériau, atteste une étude publiée dans Soft Matter par des chercheurs de l'université du Delaware. Bien entendu, on ne va pas discerner la différence par le « relief » de l'atome lui-même mais parce que la composition chimique du matériau affecte la perception tactile.

Les chercheurs ont testé plusieurs composés appliqués en mince couche d'une seule moléculemolécule d'épaisseur sur une plaque de siliciumsilicium. Sur les six paires de composés testés, les testeurs humains ont pu en distinguer trois, dont celui où un seul atome de carbonecarbone était remplacé par un atome d'azoteazote. « Certains testeurs nous ont rapporté que des surfaces étaient un peu plus graveleuses et d'autres plus veloutées, explique Charles Dhong au New Scientist. La façon dont les molécules s'assemblent modifie la quantité de frottement ».

Cette approche pourrait servir à des applicationsapplications pour les déficients visuels ou pour créer des textures en réalité virtuelle, avancent les auteurs. Par exemple faire « ressentir » du velours ou du boisbois sur l'écran d'un smartphonesmartphone. On imagine déjà le potentiel pour le e-commerce de vêtements !