Si les difficultés de recrutement sont actuellement un sujet d’actualité, elles ne sont pourtant pas un problème nouveau. Depuis plusieurs années maintenant, la France observe dans différents secteurs d’activités des difficultés à trouver des candidats pour certains postes. Mais quels sont les métiers en tension en 2022 ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] « Être avec les abeilles » pour travailler avec la nature « Être avec les abeilles », c’est une heure trente d’émerveillement. Une heure trente pour tout savoir sur ces formidables insectes pollinisateurs. Pour apprendre à les aimer un peu plus. Et à travailler avec la nature pour préserver cette biodiversité qui nous fait vivre Une heure trente pour commencer à changer le monde... © Jupiter Films

On parle de métiers en tension lorsque les entreprises n'arrivent pas à pourvoir leurs offres d'emplois par manque de candidats. Ces tensions peuvent être liées à un manque de formation des candidats, ou bien à un manque d'attractivité du métier en question. Hôtellerie-restauration, services à la personne, BTP, métiers médicaux et paramédicaux, informatique... Quels sont les métiers en tension en France et quelles solutions les entreprises ont-elles pour tenter d'y remédier ?

Les intentions de recrutement en France

D'après l'enquête Besoin de main d’œuvre 2022 publiée par Pôle Emploi en avril dernier, les entreprises françaises ont prévu de recruter pour cette année 3.046 000 personnes, soit 12 % de plus qu'en 2021. Dans 71 % des projets de recrutement, ils seront faits en CDI ou en contrat de plus de 6 mois. Cette hausse de recrutement concerne tous les secteurs d'activité. Ainsi, toujours d'après l'enquête Pôle Emploi, 6 recrutements sur 10 se feront dans les services. Une hausse de 31 % de projet d'embauche est prévue dans le secteur du transport et de l'entreposage, + 24 % d'intentions d'embauche dans l'industrie et + 23 % dans l'hébergement et la restauration.

Au total, 38 % des projets d'embauches pour 2022 sont prévus dans les services à la personne, 24 % dans les services aux entreprises, 12 % dans le commerce, 9 % dans l'industrie, 9 % dans la constructionconstruction et 8 % dans l'agricultureagriculture. Beaucoup de ces secteurs d'activités ont souffert de la pandémiepandémie de Covid-19Covid-19 ayant entraîné la démission de nombreuses personnes désireuses ou contraintes d'engager une reconversion professionnelle.

Les 10 métiers qui recrutent le plus en 2022

Toujours d'après l'enquête BMO 2022 de Pôle Emploi, les 10 métiers qui recruteront le plus en 2022 sont :

  • viticulteurs, arboriculteurs salariés, cueilleurs ;
  • serveurs de cafés, de restaurants ;
  • agents d'entretiens de locaux (y compris Atsem) ;
  • aides, apprentis, employés polyvalents de cuisine ;
  • agriculteurs salariés, ouvriers agricoles ;
  • aides-soignants ;
  • aides à domicile et aides ménagères ;
  • professionnels de l'animation socioculturelle ;
  • ouvriers non qualifiés de l'emballage et manutentionnaires ;
  • employés de libre-service.
Le secteur des aides à domicile et aides ménagères manque régulièrement de candidats et fait partie de ces métiers en tension. © Halfpoint, Adobe Stock
Le secteur des aides à domicile et aides ménagères manque régulièrement de candidats et fait partie de ces métiers en tension. © Halfpoint, Adobe Stock

Des entreprises qui peinent à recruter

Cette enquête met également en avant les difficultés qu'ont les entreprises à recruter. Pour 58 % des cas, ces difficultés sont liées à un nombre insuffisant de candidats, 71 % à un profil inadéquat des candidats, 33 % aux conditions de travail, 23 % à un déficit d'image, 17 % un manque de moyens financiers et pour 15 % des cas, les difficultés de recrutements sont liées à l'accès au lieu de travail.

Les 10 métiers où le taux de difficulté à recruter est le plus élevé

  • couvreurs, couvreurs zingueurs qualifiés ;
  • aides à domicile et aides ménagères ;
  • pharmaciens ;
  • chaudronniers, tôliers, traceurs, serruriers, métalliers, forgerons qualifiés ;
  • mécaniciens et électroniciens de véhicules ;
  • carrossiers automobilesautomobiles ;
  • conducteurs de transport en commun sur route ;
  • plombiers, chauffagistes (ouvriers qualifiés) ;
  • infirmiers, cadres infirmiersinfirmiers et puéricultrices ;
  • menuisiers et ouvriers qualifiés de l'agencement et de l'isolationisolation.

Entre 2017 et 2022, le taux de difficulté à recruter a augmenté de + 53 % pour les métiers d'infirmiers, cadres infirmiers et puéricultrices, de + 41 % pour les éducateurs spécialisés et de + 39 % pour les conducteurs de transport en commun sur route.

Si pour beaucoup de ces métiers le manque de candidats est notamment dû à un manque de formation et de compétences techniques, les difficultés à recruter sont également liées à un déficit d'image et à de nombreux préjugés. Métiers fatigants, pénibles ou bruyants, si certaines contraintes liées au métier persistent, d'autres ont pu évoluer grâce aux évolutions technologiques, à de meilleurs procédés d'industrialisation ou au développement de la numérisationnumérisation.

Les métiers qui recruteront le plus d’ici 2030

D'après le rapport Les métiers en 2030, publié par la Dares et France Stratégie en mars 2022, les 10 métiers qui recruteront le plus dans les 10 prochaines années sont les suivants :

  • agents d'entretien ;
  • enseignants ;
  • aides à domicile ;
  • conducteurs de véhicule ;
  • cadres des services administratifs, comptables et financiers ;
  • cadres commerciaux et technico-commerciaux ;
  • infirmiers, sages femmes ;
  • aides-soignants ;
  • ouvriers qualifiés de la manutention ;
  • ingénieurs de l'informatique.

Quelles sont les solutions pour recruter dans les métiers en tension ?

Depuis plusieurs années, les entreprises essaient d'attirer les candidats via différents moyens, ne se limitant plus à la simple publication en ligne d'une offre d'emploi. Campagnes de communication ciblées, utilisation des réseaux sociaux ou encore témoignages vidéo font désormais partie du processus de recrutement. Leur objectif est de valoriser une filière, un emploi, en faisant sauter les idées préconçues et les préjugés. Avec l'automatisation des tâches et la digitalisation des procédés, beaucoup de candidats potentiels ne sont pas forcément formés aux nouvelles technologies.

Les recruteurs, pour pallier ces manques, ne se limitent plus aux seules expériences et compétences mais prennent également en compte la motivation du candidat et leur personnalité. Les entreprises n'hésitent plus à former leurs prochains collaborateurs pour qu'ils soient opérationnels rapidement après l'embauche. Le simple prestige d'une marque ne suffit plus à trouver des candidats. L'entreprise doit mettre en avant ses valeurs, sa culture d'entreprise, son ambiance de travail et valoriser les équipes déjà en place.