Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Vent solaire : la Terre protégée par son champ magnétique Les tempêtes du Soleil projettent dans l'espace des particules très énergétiques que les astronautes peuvent voir lorsqu'ils ont les yeux fermés. Si elles ne nous atteignent pas, c'est parce que le champ magnétique de la Terre nous protège du vent solaire. Découvrez en vidéo comment fonctionne cet étonnant bouclier.

La mission Parker Solar Probe, nommée en l'honneur de l'astrophysicienastrophysicien solaire Eugene Parker, consiste à envoyer une sonde pour qu'elle se mette sur des orbitesorbites autour du SoleilSoleil en utilisant le phénomène d'assistance gravitationnelle avec VénusVénus. L'idée est de pénétrer parfois jusqu'à seulement 6 millions de kilomètres de notre étoileétoile, aux périhéliespérihélies de ses orbites, et la plupart du temps à moins de 20 millions de kilomètres. L'utilisation de Vénus est nécessaire pour le succès de la mission car le champ de gravitégravité du Soleil est si intense à ces distances que des changements d'orbites seraient beaucoup trop gourmands en carburant.

Voir aussi

La sonde a été lancée avec succès le 12 août 2018

En s'approchant aussi près du Soleil, la sonde devrait pouvoir supporter des températures de l'ordre de 1.600 kelvins grâce à son bouclier à base de carbonecarbone, une technologie similaire à celle des matériaux en fibre de carbonefibre de carbone (Carbon Fibre Composite, en anglais, ou CFCCFC) développée depuis longtemps pour l'aéronautique et les expériences sur la fusion contrôléefusion contrôlée avec des tokamaks.


Une présentation de la mission Parker Solar Probe. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © NASA Goddard

Eugene Parker, pionnier de la météorologie solaire

Parker Solar Probe sera alors en mesure d'étudier in situ la partie la plus externe de la couronne solairecouronne solaire et un peu au-delà, lorsque débute l'héliosphèrehéliosphère. Ses informations devraient permettre de mieux comprendre le célèbre problème du chauffage de la couronne solaire ainsi que l'origine du vent solairevent solaire et des éruptions solaireséruptions solaires.

Les nouvelles connaissances que la mission fournira devraient donc être utiles pour la constitution d'une météorologiemétéorologie solaire, vitale pour préserver des colères du Soleil la technologie de l'humanité ainsi que les colons en transittransit interplanétaire à destination de futures colonies lunaires, martiennes, voire plus loin dans le Système solaireSystème solaire.


Eugene Parker, professeur émérite de physique à l’Université de Chicago, discute de ses recherches scientifiques sur le Soleil, notamment sa découverte historique du vent solaire il y a près de 60 ans. Parker a d’abord inventé le terme vent solaire pour décrire le flux de particules chargées électriquement émises par le Soleil. Le 31 mai 2017, la NASA a rendu hommage à Parker en nommant en on honneur sa première mission au soleil Parker Solar Probe. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © The University of Chicago