Un Airbus A350-900 XWB doté de winglets, baptisés sharklets par Airbus. © Laurent Errera Creative Commons Attribution-Share Alike 2.0 Generic

Sciences

Winglet

DéfinitionClassé sous :aéronautique , aviation , winglets

Les winglets sont des surfaces plus ou moins verticales installées à l'extrémité des ailes d'un avion ou d'un planeur. Le terme français, ailerette, est très peu utilisé. Son effet est d'affaiblir le tourbillon qui se forme à cet endroit et, de ce fait, de diminuer la traînée, donc la résistance de l'air. La réduction est typiquement de 2 à 3 %.

Le principe est connu depuis longtemps, décrit par Richard Whitcomb, du centre recherche Langley (Nasa), dans les années 1970. Une aile crée une force dirigée vers le haut - la portance - par une différence de pression entre le volume situé au-dessus et celui au-dessous : une dépression sur l'extrados (la surface supérieure de l'aile) et une surpression sous l'intrados. En bout d'aile, l'air a tendance à passer de l'extrados à l'intrados en contournant l'extrémité. Du fait de la vitesse de l'avion, ce mouvement se transforme en un tourbillon conique qui semble suivre les ailes en s'agrandissant.

Les winglets se généralisent

Ce phénomène diminue la portance et augmente la traînée. Il crée une « turbulence de sillage » supplémentaire. Ce tourbillon est très dangereux pour des aéronefs légers qui se poseraient ou décolleraient sur la piste que vient d'utiliser un gros porteur. Il peut même être dangereux en vol pour un petit avion ou un ULM qui passerait dans le sillage d'un gros porteur qui vient de décoller ou d'atterrir.

Cependant, une structure verticale en bout d'aile a aussi ses inconvénients. Elle ajoute du poids, peut créer des vibrations voire engendrer elle-même une traînée si elle est mal conçue. Le procédé se répand depuis plusieurs années chez tous les constructeurs d'avions, y compris les jets d'affaires, et aussi sur les planeurs de compétition. Airbus s'y est converti tardivement et a opté pour winglets sans angles droits, baptisés sharklets pour leur ressemblance avec un aileron de requin. En Russie, Sukhoi, qui en a doté son Superjet 100, a forgé lui aussi son propre terme — saberlet — parce que leur forme rappelle celle d'un sabre.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi