au sommaire


    Certains grattent leur guitare. Ces physiciens de l’université de Regensburg (Allemagne), eux, sont parvenus à gratter une liaison chimiqueliaison chimique de seulement 140 milliardièmes de millimètre, séparant deux atomesatomes de carbonecarbone. Grâce à un minuscule médiator : une moléculemolécule unique de monoxyde de carbone (CO) attachée à la pointe extrêmement fine d'un microscope à force atomique.

    Un microscope à force atomique a gratté des liaisons chimiques à l’intérieur d’une molécule. Des couleurs plus chaudes indiquent plus d’énergie nécessaire pour maintenir le grattage. © A.J. Weymouth, Giessibl Group, Université de Regensburg
    Un microscope à force atomique a gratté des liaisons chimiques à l’intérieur d’une molécule. Des couleurs plus chaudes indiquent plus d’énergie nécessaire pour maintenir le grattage. © A.J. Weymouth, Giessibl Group, Université de Regensburg

    C'est une liaison au cœur d'une molécule de dianhydride pérylène-3,4,9,10-tétracarboxylique -- que l'on peut abréger en PTCDA -- que les physiciensphysiciens ont gratté. Car sa forme plane permet de la poser sur une surface.

    Ils ont fait osciller la pointe du microscope à force atomiquemicroscope à force atomique d'avant en arrière. Et lorsque la pointe du microscope est passée sur une liaison, il a fallu plus d'énergieénergie pour la maintenir en mouvementmouvement. Le résultat d'un déplacement vers le haut du monoxyde de carbonemonoxyde de carbone sous l'action des forces exercées sur lui par la liaison et les atomes. Parce que les forces en physique vont par paires égales et opposées, la pointe a dû exercer en retour, une force sur les atomes et la liaison. Cette force de la pointe, disent les chercheurs, s'apparente à gratter une liaison chimique comme on gratterait les cordes d’une guitare.