La première preuve que les bébés buvaient du lait animal au Néolithique

Classé sous :archéologie , homme préhistorique , lait

On savait que l'Homme consommait du lait depuis le Néolithique. Les traces laissées par l'élevage et certaines protéines laitières retrouvées sur des fossiles de dents humaines l'attestent. Mais concernant la nourriture des bébés, nous n'en savions pas davantage. La première preuve archéologique que les nourrissons consommaient du lait de mammifère autre que celui de leur mère a été découverte par une équipe de scientifiques de l'université de Bristol et publiée dans le journal Nature : des traces de lipides laitiers sont présentes dans des biberons en céramique utilisés il y a 7.000 ans.

Ces récipients ont été mis au jour en Bavière dans des tombes d'enfants datant d'environ 5.000 ans avant J.-C. De petite taille, ils pouvaient généralement tenir dans les mains d'un bébé. © Katharina Rebay-Salisbury

Avant cette étude, les seules pistes qui pouvaient conduire à penser cela étaient l'analyse squelettique des nourrissons, mais ce n'était pas un élément suffisant pour conclure. Désormais, il est clair que les sociétés du Néolithique avaient trouvé des moyens de se servir du lait d'autres animaux (bovins, moutons, chèvres) pour subvenir aux besoins de leurs enfants. « Ces très petits récipients évocateurs nous fournissent des informations précieuses sur la manière dont les bébés ont été nourris et comment ils ont été nourris il y a des milliers d'années, établissant ainsi un véritable lien avec les mères et les nourrissons du passé », souligne Julie Dunne, auteure principale de l'étude. Fait amusant : certains biberons ont la forme d'animaux imaginaires.

Des traces de lait de ruminants ont été retrouvées dans des biberons en céramique datés de 5.000 ans avant J.-C. Ici, un bébé avec une reconstruction d'un de ces récipients préhistoriques. © Helena Seidl da Fonseca
Cela vous intéressera aussi

Les experts du passé : les Hommes du Néolithique étaient-ils cannibales ?  Déterminer la fonction d’un site archéologique peut mener à des conclusions inattendues. À quelques kilomètres de Calais, des archéologues de l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) ont découvert de nombreux vestiges de coquillages, d'animaux et même d'humains. Cela signifie-t-il que les Hommes du Néolithique s'adonnaient au cannibalisme ? L'équipe essaye de comprendre la provenance de ces trouvailles dans cet épisode des Experts du passé et elle n'est pas au bout de ses surprises.