D’après les travaux d’un groupe de chercheurs de l’université de Rome, « La Sapienza », on peut modifier à volonté l’état supraconducteur d’un cuprate à l'aide de rayons X. On devrait pouvoir ainsi graver des circuits supraconducteurs et les modifier à volonté.
Cela vous intéressera aussi

L'année 2011 (Année internationale de la chimie) fête l'anniversaire de la découverte de la supraconductivité, il y a cent ans. Si l'on comprend bien les matériaux supraconducteurs classiques, on a toujours du mal à y voir clair chez les supraconducteurs à hautes températures critiquestempératures critiques que sont par exemple les cuprates. De nouveaux espoirs ont été suscités par l'applicationapplication des méthodes mathématiques de la théorie des cordes mais il reste encore beaucoup de travail.

En poursuivant ses travaux sur la supraconductivitésupraconductivité des cuprates, Antonio Bianconi a découvert avec ses collègues que des faisceaux de rayons Xrayons X adéquats pouvaient faire passer localement à l'état supraconducteursupraconducteur un cuprate contenant du lanthanelanthane, en contrôlant la position des atomesatomes d'oxygèneoxygène dopant. La découverte a été publiée dans Nature car selon les chercheurs elle ouvre des perspectives très intéressantes.

En effet, on devrait pouvoir graver des circuits dans un état supraconducteur sur ce cupratecuprate, comme si on utilisait un stylo. Surtout, il suffit d'un courant d'airair chaud sur la surface du matériaumatériau pour le ramener à un état non supraconducteur et pouvoir à nouveau graver un autre circuit. Les physiciensphysiciens envisagent de pouvoir construire plus facilement avec cette technique des superconducting quantum interference devices (Squid), ouvrant une nouvelle voie pour la fabrication d'ordinateurs quantiques.

Ils mentionnent une possible application fascinante de cette découverte : un ordinateur pourrait modifier à volonté certains de ses circuits pour se rendre plus efficace !