Sciences

En bref : une chouette a-t-elle tenté de saboter le LHC ?

ActualitéClassé sous :physique , lhc , cern

La blogosphère l'affirmait depuis un certain temps. Le Cern vient maintenant de l'officialiser. Un oiseau a effectivement retardé de quelques jours les tests en cours au LHC en provoquant l'élévation de température de certains aimants supraconducteurs.

Vue de dipôles supraconducteurs inspectés dans le tunnel du LHC. Crédit : Cern

Quand la nouvelle a commencé à circuler sur la toile, elle semblait tellement incongrue qu'il en était difficile de la prendre au sérieux. Pourtant, le Cern vient de confirmer qu'un oiseau, très probablement une chouette, a laissé tomber le 3 novembre 2009 des morceaux de pain sur un circuit électrique extérieur au LHC, déclenchant une panne dans les secteurs 8.1 et 7.8. L'anecdote pourrait sembler insignifiante mais il faut savoir que pour fonctionner correctement, les aimants dipolaires supraconducteurs équipant le collisionneur de 27 km de circonférence doivent impérativement être plus froids que l’espace interstellaire. Or, une coupure de circuit dans le système de refroidissement s'étant produite, la température a dépassé assez rapidement de quelques kelvins les 2 K nécessaires à l'apparition de l'état supraconducteur dans les aimants.

Les opérations au LHC ont donc été interrompues quelques jours, le temps nécessaire pour refroidir à nouveau le plus grand collisionneur de particules du monde.

Bien sûr, certains vont y voir une confirmation d'un papier plus que douteux publié récemment par deux chercheurs, laissant entendre que le futur influence le passé pour empêcher les physiciens de trouver le boson de Higgs en rendant impossible le démarrage des collisions au LHC. Si des voyages dans le temps ne sont peut-être pas improbables au niveau des particules élémentaires avec le LHC, cela reste très hautement spéculatif. Bien qu'étonnante, cette histoire avec un oiseau n'est rien de plus qu'un incident.

Cela vous intéressera aussi