Sciences

En image : un sanctuaire monumental découvert dans l'Oise

ActualitéClassé sous :Homme , archéologie , Inrap

Sur la voie antique Senlis-Beauvais, les archéologues de l'Inrap (Institut de recherches archéologiques préventives) ont mis au jour les vestiges d'un superbe sanctuaire de la Gaulle romaine, riche d'une statuaire sans équivalent pour cette époque. Quelle était donc la fonction de ce grand site du IIe après J. C. ?

Dans le sanctuaire de Pont-Sainte-Maxence, dans l'Oise, au nord de l'Île-de-France, datant du IIe siècle de notre ère, les archéologues ont découvert de remarquables statues, dont des têtes de grande taille. L'atelier qui les a réalisées maîtrisait un haut niveau technique. © Denis Gliksman/Inrap

Un sanctuaire antique d'exception sort actuellement de terre à Pont-Sainte-Maxence (Oise). Sur 1,6 hectare, cette fouille de l'Inrap, prescrite par l'État (Drac Picardie), se déroule préalablement à la construction d'un centre commercial. Le passé antique de Pont-Sainte-Maxence étant encore peu connu, la découverte d'un vaste sanctuaire du milieu du IIe siècle de notre ère s'avère donc aujourd'hui inattendue, d'autant que sa statuaire remarquable n'a pas d'équivalent en Gaule romaine.

Compris dans une enceinte de 70 x 105 m, ce sanctuaire possède deux petits pavillons à l'arrière, dont seules les fondations sont conservées. Au centre, la Cella, puissante plateforme maçonnée, est accessible par un escalier en façade. Elle constitue le cœur du sanctuaire où était érigée la statue d'une divinité. Les archéologues y ont découvert de nombreux éléments de balustrade à décor de « S » affrontés et de lances, ainsi que des éléments de placage en marbre.

Une architrave (la partie horizontale posée en haut des colonnes), ornée de motifs géométriques (méandres à grecque) et végétaux appartenant à la façade monumentale effondrée du sanctuaire de Pont-Sainte-Maxence, datant du IIe siècle de notre ère. © Denis Gliksman, Inrap

Une façade monumentale avec des ornements sculptés

L'entrée du sanctuaire se faisait par une façade monumentale de près de 10 m de haut sur 70 m de long, dimensions exceptionnelles en Gaule romaine. Cette façade est percée d'une série de 13 à 17 arcades, surmontées d'un entablement et, fait exceptionnel, d'une frise d'attique qui évoque davantage le vocabulaire architectural des arcs triomphaux. Sur cet attique devait figurer une dédicace en lettres de bronze.

Quelques décennies après son érection, la façade s'effondra quasiment d'un seul tenant - peut-être suite à un défaut au niveau des fondations lié à la nature et au pendage du sol - provoquant un chaos de milliers de blocs et de fragments que les archéologues étudient pour restituer progressivement l'aspect originel du monument. L'ornementation, parfois rehaussée de couleurs, révèle une profusion de décors sculptés : méandres à grecque, rinceaux, animaux, canthares, personnages sur culots d'acanthe...

Vue de détail d'un cheval posant le sabot sur un vase, registre supérieur de l'attique de la façade monumentale du sanctuaire. © Denis Gliksman, Inrap

Vénus, Apollon, Jupiter, une statuaire exceptionnelle

Au sein de l'entablement, la séquence la plus singulière est la frise ornée de divinités issues du Panthéon gréco-romain : une Vénus accroupie est associée à une tête de vieille femme, très expressive. Cette sculpture rappelle un épisode relaté par Homère (Odyssée VIII) : après son aventure avec Mars, l'épouse de Vulcain se retire dans les bois. Une vieille dame apprit aux dieux, qui la recherchaient, le lieu de sa retraite. Pour la punir, Vénus la métamorphosa en rocher.

Au sommet de la façade, un des éléments les plus remarquables est un décor de têtes monumentales (trois fois grandeur nature) aux chevelures complexes, et dont les yeux étaient à l'origine incrustés de pierres colorées. Parmi elles, une tête de Jupiter-Ammon aux cornes de bélier. D'autres dieux et déesses, encore indéterminés, alternent avec des griffons assis aux ailes déployées.

Fragment de statuaire monumentale ornant le haut de la façade du sanctuaire et figurant une tête mutilée, peut-être Apollon. © Denis Gliksman, Inrap

De nombreux fragments représentent des attributs divins (paon de Junon, carquois et arc de Diane...) ou des visages de dieux (Vulcain ou Ulysse, Hadès, personnage au bonnet phrygien...) : tous ont une expression dramatique évoquant le pathos propre à la statuaire hellénistique.

L'atelier ayant réalisé ces sculptures possède un très haut niveau technique. Le style, très proche de celui du temple de Champlieu (Oise), semble d'encore meilleure qualité. Les archéologues s'interrogent sur les origines de ce temple volontairement imposant, placé à proximité de la voie antique Senlis-Beauvais. Un sanctuaire, édifié sur des vestiges gaulois (fossés, premier état à poteaux de bois) et scellé par un niveau comprenant un grand nombre de minuscules monnaies du IVe siècle.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi