Sciences

La grappe d’étoiles Messier 47, joyau cosmique de l'Eso

ActualitéClassé sous :ESO , amas ouvert , télescope MPG/ESO

Cette image spectaculaire de l'amas d'étoiles Messier 47 a été acquise au moyen de la caméra à grand champ qui équipe le télescope de 2,2 mètres à l'Observatoire de La Silla, au Chili. Ce jeune amas ouvert est principalement composé de brillantes étoiles bleues, mais quelques géantes rouges s'en détachent aussi clairement.

Messier 47 est l’un des amas ouverts les moins peuplés connus des astronomes. Il réunit une cinquantaine d’étoiles seulement dans un espace de quelque 12 années-lumière de diamètre. Situé à environ 1.600 années-lumière de la Terre, en direction de la constellation de la Poupe, au voisinage du Grand Chien et de la très brillante Sirius, l’essaim d’étoiles est observable dans le ciel d’hiver. © Eso

Messier 47 est l’un des amas ouverts les moins peuplés connus des astronomes. Il réunit une cinquantaine d’étoiles seulement dans un espace de quelque 12 années-lumière de diamètre. Situé à environ 1.600 années-lumière de la Terre, en direction de la constellation de la Poupe, au voisinage du Grand Chien et de la très brillante Sirius, l’essaim d’étoiles est observable dans le ciel d’hiver. © Eso

 

Messier 47 (M47) se situe à quelque 1.600 années-lumière de la Terre, dans la constellation de la Poupe (Puppis, la poupe du navire Argo dans la mythologie). Il a été répertorié pour la première foispar un astronome italien du nom de Giovanni Battista Hodierna, peu avant 1664. Puis il fut redécouvert par Charles Messier en personne, lequel n'avaitvisiblementpas connaissance des observations antérieures d'Hodierna.

Bien qu'il soit brillant et facile à observer, M47 est l'un des amas ouverts les moins densément peuplés. Une cinquantaine d'étoiles seulement sont visibles au sein d'une région de 12 années-lumière de diamètre. A titre de comparaison, les autres essaims sont peuplés de milliers d'étoiles. 

Messier 47 n'a pas toujours été si facile à repérer. Durant des années en effet, il fut considéré comme manquant, Charles Messier ayant reporté des coordonnées erronées. Puis il fut redécouvert et une nouvelle appellation, dans un autre catalogue, lui fut attribuée : NGC 2422. L'erreur du célèbre astronome français ainsi que la formelle concordance entre M47 et NGC 2422 furent établies par le canadien T.F. Morris,en 1959.

Une jeune fratrie d’étoiles

La couleur bleutée de ses étoiles trahit leurs températures élevées (au contraire des rouges ou jaunes qui sont beaucoup moins chaudes). La relation qui unit leur couleur, leur brillance et leur température peut être visualisée au moyen de la courbe de Planck. La spectroscopie permet en effet aux astronomes d'étudier plus en détail les couleurs des astres et d'en déduire, par exemple, leurs vitesses de rotation ainsi que leurs compositions chimiques. Les quelques étoiles de couleur rouge visibles sur l'image sont des géantes rouges, bien plus évoluées que les étoiles bleues de masses inférieures et à la durée de vie plus longue.

Cette vue à grand champ couvre en partie la constellation de la Poupe. Cette région du ciel est peuplée de quelques amas d’étoiles brillants, au premier rang desquels figurent Messier 47 (au centre) et son aîné, Messier 46 (dans l’angle supérieur gauche), plus peuplé et distant. Cette image a été créée à partir de photographies qui composent le Digitized Sky Survey 2 (DSS2). © Eso, DSS2, Davide De Martin

Par hasard, l'amas se situe non loin dans le ciel d'une autre grappe d'étoiles brillantes : Messier 46 (M46). En réalité, ce dernier, distant d'environ 5.500 années-lumière, est beaucoup plus éloigné de la Terre que M47 et compte 500 étoiles au minimum. C'est bien sûr en raison de sa distance qu'il nous apparaît bien moins brillant.

Âgé d'environ 300 millions d'années, M46 est en quelque sorte l'ainé de M47, formé il y a 78 millions d'années seulement. Aussi, la plupart des étoiles les plus massives et les plus brillantes du premier ont déjà achevé leur courte existence et ne sont plus visibles, tandis que ses autres membres apparaissent majoritairement plus rouges et plus froides.

Joyau cosmique

Cette image de Messier 47 a été réalisée dans le cadre du programme « Joyaux cosmiques » de l'Eso (European Southern Observatory). Celui-ci a pour objet de produire, au moyen des télescopes européens de l'hémisphère austral, des images d'objets célestes intéressants, intrigants ou tout simplement attrayantsvisuellement, à des fins d'enseignements et de diffusions auprès du grand public. Ce programme utilise de petites plages de temps d'observation et les combine à du temps de télescope inutilisé afin de réduire au strict minimum, son impact sur les observations scientifiques. En outre, les données collectées sont mises à la disposition des astronomes au travers des archives scientifiques de l'Eso.

Cela vous intéressera aussi