Le 3 avril, Vénus passera au plus près d'Alcyone, l'étoile la plus brillante des Pléiades. © SkySafari

Sciences

La planète Vénus est au plus près des Pléiades ce soir

ActualitéClassé sous :Astronomie , amas des Pléiades , amas d'étoiles des Pléiades

Levez les yeux au ciel ce soir et jusqu'au 5 avril en direction de l'ouest, nord-ouest entre le crépuscule et minuit, pour voir l'étincelante Vénus se mêler à l'amas ouvert des Pléiades, dans le Taureau. Un superbe spectacle céleste que vous pouvez contempler à l'œil nu ou à travers une paire de jumelles.

Cela va se produire entre le 1er et le 5 avril : notre belle voisine Vénus va effleurer les Pléiades. Cela faisait des lustres qu'elle n'était pas passée aussi près de l'étoile la plus brillante de l'amas, Alcyone. Ce beau rendez-vous céleste sera parfaitement visible à l'œil nu et sera encore plus sensationnel à travers une paire de jumelles (et bien sûr d'une lunette ou un télescope), si vous en possédez une.

Alors, bien entendu, il faut se méfier des apparences : en effet, même si Vénus et M45 (autre nom des Pléiades) semblent si proches l'une de l'autre vues de la Terre, les distances réelles entre elles sont très grandes. La première n'est qu'à 98 millions de kilomètres de notre Planète actuellement, soit cinq minutes-lumière et 28 secondes, tandis que les étoiles de l'amas ouvert sont réunies sur environ 10 années-lumière à 430 années-lumière. Leur lumière met donc 430 ans pour atteindre votre rétine contre seulement cinq minutes et demi pour celle du Soleil réfléchie par Vénus.

Position de Vénus relativement à l'amas ouvert des Pléiades début avril 2020. © Fred Espenak (Bifrost Astronomical Observatory), APOD (Nasa)

La luminosité de Vénus va continuer d’augmenter

L'étincelante Vénus atteignait la semaine dernière, le 24 mars, sa plus grande élongation à l'est du Soleil (46°). Elle était alors, et est encore en ce début avril, assez haute dans le ciel pour la contempler plus de quatre heures non-stop après le coucher du Soleil (et encore 3 h 40 fin avril). Que du bonheur pour tous ses admirateurs qui ne se lassent pas de la dévisager de leur balcon ou de leur jardin. En la fouillant du regard avec une lunette ou un télescope, vous la verrez passer de magnifique point brillant à une sphère partiellement éclairée, presqu'à moitié. Et si vous vous essayez à l'astrophotographie, avec des filtres adéquats, alors la déesse de l'Amour et de la Beauté vous livrera les nuances dans son épaisse robe nuageuse.

Actuellement, la magnitude de Vesper, l'étoile du soir (mais c'est une planète pas une étoile), est de -4.4. Elle va s'amplifier tout au long du mois pour culminer à -4.5 le 28.

La grappe d'étoiles des Pléiades, qui brille dans le Taureau, reçoit début avril la visite de Vénus. Beau rendez-vous céleste à observer au-dessus de l'horizon ouest. © SkyGuide

Qui sont les Pléiades ?

Tâche lumineuse accrochée sur l'épaule de la constellation du Taureau, les Pléiades, aussi nommées les Sept sœurs, les Sept Filles d'Atlas, la Poussinière, Tianquiztli, Matariki, Subaru (et tant d'autres appellations données par différentes cultures actuelles ou disparues) font l'admiration des Hommes depuis la nuit des temps -- elle apparaît sur le fameux disque de Nebra et c'est peut-être elles aussi qui sont représentées à côté d'un taureau dans la Grotte de Lascaux.

À l'œil nu, dans de bonnes conditions (de préférence avec un minimum de pollution lumineuse), on peut deviner une poignée de ces étoiles très jeunes, les plus brillantes, nées il y a 100 millions d'années environ. L'essaim compte en réalité plus de 1.000 individus.

Au meilleur moment, le soir du 3 avril, Vénus sera visible entre Alcyone, la plus brillante du groupe, et Mérope. Pour voir la planète passer encore plus près d'elle, il faudra attendre le 4 avril 2028.

N'hésitez pas à partager avec nous sur les réseaux sociaux vos photos et vidéos de la traversée de Vénus dans les Pléiades.

Cela vous intéressera aussi

Atlas pourrait être la comète de l’année voire de la décennie !  Au cours de ce printemps 2020, une comète risque fort de faire sensation : C/2019 Y4 (Atlas). Venue des confins du Système solaire, elle arrive dans les parages de la Terre et du Soleil. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !