Sciences

Planck a presque bouclé son premier tour du ciel

ActualitéClassé sous :Astronomie , planck , rayonnement fossile

Le satellite Planck vient de débuter sa seconde campagne d'observation du rayonnement fossile. Aucune image n'est encore disponible mais 95% de la sphère céleste a été cartographiée.

Le satellite Planck tourne sur lui-même en une minute et reste continûment pointé dans la direction opposée au Soleil, en orbite autour du pont de Lagrange L2. Il vient de débuter sa seconde cartographie complète du fond diffus de la sphère céleste. Crédit : Esa

L'Esa a lancé l'année dernière le satellite Planck dont l'un des buts est de surpasser en précision les données sur la plus vieille lumière de l'Univers observable, celle du rayonnement fossile, fournies par WMap. Ce rayonnement cosmologique de fond diffus possède un spectre de corps noir presque parfait et il fut la première preuve de la théorie du Big Bang. Comme Futura-Sciences l'a expliqué dans deux articles qui se suivent et se complètent, ce rayonnement une mine d'or pour les astrophysiciens et les cosmologistes cherchant à déterminer, l'âge, la composition de l'Univers observable et bien d'autres choses encore. On pourra se rafraîchir les idées en les consultant ici :

Le 13 août 2009, Planck a débuté sa première cartographie de la sphère céleste et il vient de l'achever en fournissant une carte complète à 95%. Deux campagnes d'observations sur environ 15 mois sont prévues et elles devraient fournir des informations précieuses et précises sur le Cosmos. La seconde campagne a tout de suite été lancée et vers le mois de juin 2010, une première carte complète à 100% sera alors disponible. Toutefois, il faudra attendre plusieurs années avant que les premiers articles ne soient publiés.


Une simulation du travail de cartographie effectué par Planck avec la chronologie exacte. L'image du rayonnement fossile est celle de WMap. Crédit : Nasa/WMap/Chris North, Cardiff University

En attendant, on peut se faire une idée du travail de Planck en regardant la simulation montrant sur cette vidéo, construite avec des images fournies par WMap. La ligne blanche indique la zone balayée plusieurs fois par jour et qui finit par parcourir toute la sphère céleste.

Planck fonctionne parfaitement bien et utilise ses réserves d'hélium avec parcimonie, de sorte que quatre campagnes d'observations devraient pouvoir être accomplies. C'est de bon augure pour la cosmologie scientifique.

Cela vous intéressera aussi