Avant d'aller se positionner pour étudier les anneaux et les régions polaires de Saturne, la sonde Cassini a effectué un dernier survol du satellite Dioné.
Cela vous intéressera aussi

En orbiteorbite autour de Saturne depuis 2004 après un voyage de sept ans, la sonde Cassini (qui porteporte le nom de l'astronomeastronome français Jean-Dominique Cassini qui découvrit notamment DionéDioné en 1684) continue de nous envoyer de superbes images de la sixième planète du Système solaireSystème solaire, de ses anneaux et de ses satellites.

Les scientifiques chargés de dépouiller les photographiesphotographies qui arrivent au Ciclops (Cassini Imaging Central Laboratory for OPerationS) savent que leur vaisseau spatial n'est pas éternel et que les liaisons s'interrompront tôt ou tard. Ils savourent donc pleinement les dernières images du survolsurvol de Dioné, que Cassini n'approchera plus avant 2015, si la sonde est encore opérationnelle...

Quelques cratères à la surface de Dioné. Le satellite est éclairé par la lumière solaire réfléchie par Saturne. © Nasa/JPL/SSI/J. Major

Quelques cratères à la surface de Dioné. Le satellite est éclairé par la lumière solaire réfléchie par Saturne. © Nasa/JPL/SSI/J. Major

Dioné, un satellite à deux faces

Dioné est un corps de 1.123 kilomètres de diamètre qui fait le tour de Saturne en un peu moins de trois jours avec une rotation synchronesynchrone (qui est de la même duréedurée que sa période orbitalepériode orbitale). Comme Japet, le satellite bicolore dont une face est noire comme le charboncharbon et l'autre blanche comme de la neige, Dioné présente deux hémisphères différents. Celui qui fait face à SaturneSaturne est très cratérisé alors que l'autre côté présente une surface plus lisse mais parcourue de grands sillons d'origine tectonique.

Quelques-unes des griffures qui caractérisent la face de Dioné qui n'est pas tournée vers Saturne. Il s'agit de failles tectoniques. © Nasa/JPL/SSI/J. Major

Quelques-unes des griffures qui caractérisent la face de Dioné qui n'est pas tournée vers Saturne. Il s'agit de failles tectoniques. © Nasa/JPL/SSI/J. Major

Des cratères, des failles et de l'oxygène

Le 11 octobre 2005, Cassini avait survolé Dioné pour la première fois à 500 kilomètres de distance, révélant des détails inimaginables par rapport aux images fournies par les sondes Voyager dans les années 1980. D'autres survols de la sonde Cassini (en 2007 et 2010) ont permis de mieux connaître ce satellite. On a même découvert dernièrement de l'oxygène dans l'exosphère de Dioné, des moléculesmolécules qui sont sans doute libérées de la surface glacée du satellite sous l'effet du bombardement occasionné par le rayonnement solairerayonnement solaire et les particules énergétiques que génère le puissant champ magnétiquechamp magnétique de Saturne.

La surface de Dioné porte les cicatrices d'un violent impact avec une petite lune de Saturne. © Nasa/JPL/SSI/J. Major

La surface de Dioné porte les cicatrices d'un violent impact avec une petite lune de Saturne. © Nasa/JPL/SSI/J. Major

Le 2 mai, après avoir survolé Encelade, la sonde Cassini est passée à 8.000 kilomètres de Dioné, nous envoyant peut-être ses dernières images de ce monde glacé, à moins que le vaisseau ne soit encore en état de marche pour le prochain survol fixé à juin 2015, dix-huit ans après avoir quitté la TerreTerre...