Cet astéroïde était encore inconnu quand il est passé à moins de 3.000 kilomètres au-dessus de la surface de la Terre. C'est le plus proche jamais identifié.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Ce sont tous les astéroïdes connus dans notre Système solaire Regardez comme ils sont nombreux : voici tous les astéroïdes identifiés par les astronomes depnull

Il était 6 h 08 du matin en France métropolitaine, ce dimanche 16 août, quand 2020 QG est passé au plus près de la TerreTerre. Personne ne l'avait vu arriver ! L'astéroïde n'a en effet été identifié qu'une poignée d'heures après son passage à seulement 2.950 kilomètres au-dessus de l'océan Indien, non loin de l'AntarctiqueAntarctique. Une distance record qui représente moins d'un quart du diamètre de notre Planète. Jamais un objet connu des scientifiques ne nous avait encore frôlés à ce point.

Les premières données acquises à l'observatoire du mont Palomarobservatoire du mont Palomar suggèrent que 2020 QG mesure entre deux et six mètres de diamètre. Cela n'en fait pas un objet menaçant si sa trajectoire l'avait précipité vers la Terre. Tout ce qui se serait passé est qu'il aurait explosé peu après être entré dans notre atmosphèreatmosphère.

Cette trainée blanche au centre est la première image du petit astéroïde 2020 QG. Elle a été obtenue avec la caméra grand champ du <em>Zwicky Transient Facility</em>, six heures après son passage au plus près de la Terre. L'objet se déplaçait alors à une vitesse de 12,3 km/s. © TF, <em>Caltech Optical Observatories</em>
Cette trainée blanche au centre est la première image du petit astéroïde 2020 QG. Elle a été obtenue avec la caméra grand champ du Zwicky Transient Facility, six heures après son passage au plus près de la Terre. L'objet se déplaçait alors à une vitesse de 12,3 km/s. © TF, Caltech Optical Observatories

La menace des astéroïdes

Cela arrive plus souvent qu'on ne le pense que des corps célestes de cette taille pénètrent notre espace vital sans même que l'on s'en aperçoive car c'est généralement au-dessus de régions peu peuplées, comme nous le montre cette carte. Toutes les deux semaines en moyenne ! Leur nombre est estimé à plusieurs centaines de millions et beaucoup restent à découvrir.

Le cas de 2020 QG nous rappelle néanmoins combien il est important pour notre biosphèrebiosphère de surveiller l'environnement terrestre afin de prévenir toute collision possible avec un astéroïde de plus grande taille.

Trajectoire de 2020 QG les 15 et 16 août. Le petit astéroïde n'est passé qu'à 2.950 km au-dessus de l'océan Indien. Il détient le record du passage le plus proche de la Terre jamais constaté. © Nasa, JPL-Caltech
Trajectoire de 2020 QG les 15 et 16 août. Le petit astéroïde n'est passé qu'à 2.950 km au-dessus de l'océan Indien. Il détient le record du passage le plus proche de la Terre jamais constaté. © Nasa, JPL-Caltech

Elle aussi, on ne l'avait vu venir : la météoritemétéorite qui a explosé au-dessus de la ville russe de Tcheliabinsk, le 15 février 2013, faisant plus de 1.000 blessés. Le corps céleste venait de la direction du SoleilSoleil, à l'instar de ce nouveau visiteur, et personne ne l'avait détecté avant son entrée fracassante dans l'espace aérien terrestre.

Plusieurs États ont compris l'enjeu en participant à un programme de détection et de surveillance d'astéroïdes potentiellement dangereux. La bonne nouvelle est que plus ils sont gros, plus ils sont faciles à débusquer.