La sonde japonaise Hayabusa 2 est actuellement sur le chemin du retour pour nous rapporter les échantillons qu'elle a prélevés sur l'astéroïde Ryugu. Après cette livraison, la sonde pourrait repartir explorer un autre astéroïde dans le cadre d'une extension de sa mission.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Astéroïdes : pourquoi leur explosion ne suffirait pas à sauver la Terre On a déjà vu, dans plusieurs films, des scientifiques faire exploser un géocroiseur pour éviter une collision avec notre planète. C'est sans doute le premier scénario qui nous viendrait aussi à l'esprit dans cette situation. Mais est-ce vraiment une solution viable ? Pas certain, selon Discovery Science. Voici en vidéo un aperçu de ce qui pourrait alors se passer.

L'Agence d'exploration aérospatiale japonaise (Jaxa) a annoncé ce 23 juillet que le projet HayabusaHayabusa 2 envisageait une extension de mission après le retour sur Terre, en décembre prochain, de la capsule contenant les échantillons de l'astéroïdeastéroïde (162173) RyuguRyugu. Les cibles potentielles sont les astéroïdes 2001 AV43 et 1998 KY26, deux petits objets en rotation rapide, un type qui n'a pas encore été exploré.

Plan de l'extension de la mission de Hayabusa 2. © Crédit image / modèle de forme de l'astéroïde : Université d'Auburn, Jaxa ; Diagramme orbital, Jaxa
Plan de l'extension de la mission de Hayabusa 2. © Crédit image / modèle de forme de l'astéroïde : Université d'Auburn, Jaxa ; Diagramme orbital, Jaxa

Deux cibles potentielles

Deux astéroïdes sont envisagés comme cibles potentielles. Ces deux astéroïdes sont de type Apollon, c'est-à-dire des astéroïdes géocroiseursgéocroiseurs dont le demi-grand axedemi-grand axe est supérieur à celui de la TerreTerre, tout comme Ryugu.

La première cible potentielle est l'astéroïde 2001 AV43. Cet astéroïde pourrait être de type spectral S (silicatessilicates, donc rocheux), comme 17 % des astéroïdes connus (deuxième type le plus courant), même si c'est incertain. S'il est bien de ce type, on peut estimer son albédoalbédo à environ 0,20 ; ce qui, avec sa magnitude absoluemagnitude absolue de 24,6, lui conférerait un diamètre d'environ 35 mètres. S'il est plus sombre, par exemple avec un albédo similaire à Ryugu, 0,05, son diamètre serait alors plutôt autour de 70 mètres. On sait par ailleurs, grâce à sa courbe de lumièrelumière, qu'il a une forme allongée, environ deux fois plus longue que large. Si cette destination est retenue, la sonde y arriverait en novembre 2029, après un survol de VénusVénus, en août 2024, puis deux survols de la Terre, en décembre 2025 et décembre 2026.

La deuxième cible potentielle est 1998 KY26. Cet astéroïde serait de type carboné (C), la variété la plus courante (75 % des astéroïdes), dont fait également partie Ryugu. Ces astéroïdes sont plus sombres que ceux de type S et, si on prend un albédo similaire à celui de Ryugu, 0,05, alors la magnitude absolue de 1998 KY26, 25,5, lui conférerait un diamètre de 47 mètres. S'il est moins sombre, il serait plus petit ; un albédo de 0,20 réduirait son diamètre à 23 mètres.

On sait par ailleurs, grâce à des observations radar, qu'il a une forme plutôt sphérique. Si cette destination est retenue, la sonde survolerait tout d'abord l'astéroïde (98943) 2001 CC21 en juillet 2026. Cet astéroïde mesure entre 500 et 1.200 mètres de large et de type spectral L, un type d'astéroïdes peu courant. Hayabusa 2 atteindrait ensuite sa destination en juillet 2031, après avoir survolé deux fois la Terre en décembre 2027 et juin 2028.

Une caractéristique commune notable de ces deux astéroïdes est leur rotation rapide. En effet, la période de rotationpériode de rotation de 2001 AV43 est de 10,2 minutes et celle de 1998 KY26 de 10,7 minutes. Que l'un ou l'autre de ces astéroïdes soit sélectionné, ce serait la première fois qu'une sonde explorerait un petit astéroïde en rotation rapide.