Sciences

GTL Fuel : Qatar Airways fait voler un avion commercial au gaz naturel

ActualitéClassé sous :aéronautique , développement durable , avion du futur

Les avions seront-ils condamnés par un kérosène à base de pétrole cher et rare ? Les compagnies d'aviation multiplient les initiatives pour que cela ne soit pas le cas. Après les biocarburants et les avions solaires, elles s'attaquent au gaz naturel.

Qatar Airways avance dans la diversification énergétique de l'aviation civile. © Qatar Airways

Qatar Airways a effectué le 12 octobre 2009 le premier vol commercial utilisant du gaz naturel comme carburant. Au cours du vol QR076, l'Airbus A340-600 équipé a décollé de Londres pour se poser sans encombre à Doha, au Quatar.

Ce vol fait suite à celui de l’Airbus A380 entre Londres et Toulouse, premier avion civil à utiliser le GTL Jet Fuel, et conclut deux ans de travail du consortium liant Airbus, Qatar AirwaysQatar PetroleumQatar Science & Technology Park, Rolls-Royce, Shell and WOQOD.

Le GTL Jet Fuel est un mélange à base de 50% de kérosène GTL (Gas to Liquids, donc obtenu par la transformation d'un gaz en liquide par le procédé Fischer-Tropsch) produit à partir de gaz naturel et de 50% de kérosène conventionnel. Ce GTL Fuel est produit par Shell et vient d'être autorisé (le 8 octobre 2009) par l'ASTM International (originellement American Society for testing and material).

L’aviation explore de plus en plus la voie des carburants alternatifs. Ici un avion utilise du kérosène à base d’hydrocarbure liquide de synthèse (GTL). © Qatar Airways

Pour que l’aviation ne soit pas clouée au sol

L'intérêt de ce carburant est de diversifier la filière énergétique de l'aviation et de réduire la pollution atmosphérique (particules et dioxyde de soufre) aux alentours des aéroports.

«  La Technologie GTL nous permet de produire des carburants liquides et d'autres produits à partir de nos ressource en gaz naturel » a annoncé le premier ministre Abdulla bin Hamad Al-Attiyah, qui est aussi de l'Energie et de l'Industrie du Quatar. Cet Emirat ambitionne en effet de devenir le premier producteur de GTL en 2012.

Selon Rainer Ohler, vice-président des Affaires Publiques et de la Communication, « en 2030, jusqu'à 30% des carburants de l'aviation seront alternatifs ». En parallèle de cette recherche d'énergies indépendantes du pétrole, les compagnies aériennes et groupes aéronautiques doivent aussi trouver des solutions pour respecter des normes de pollution et d’émissions de gaz à effet de serre de plus en plus strictes.

Cela vous intéressera aussi