Apparition dans les années 2000 de sites pornographiques proposant des contenus gratuits. © Angelove, Adobe Stock
Santé

La pornographie peut-elle influencer notre sexualité ?

Question/RéponseClassé sous :Sexualité , Internet , pornographie

La pornographie existe depuis longtemps, mais depuis ces 20 dernières années, le développement d'Internet a permis de proposer à tous une offre variée, gratuite, rapide et disponible H24. Même si un usage modéré ne semble pas avoir d'effets négatifs, les pratiques sexuelles en sont impactées et une consommation excessive semble avoir de nombreuses répercussions. Au-delà des adultes, des enquêtes montrent que ces pratiques sont fréquentes chez les adolescents. 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les drosophiles privées de sexe aiment l'alcool  Des mâles drosophiles ayant été préalablement privés de relations sexuelles vont ensuite se diriger préférentiellement vers une source alimentaire fortement concentrée en alcool. 

La pornographie désigne toute représentation crue et concrète de la sexualité. Elle fait référence à la production et à la diffusion de représentations conçues pour provoquer une excitation sexuelle. Traversant les âges et les civilisations, elle est aujourd'hui largement diffusée grâce aux supports numériques, médias de prédilection. Déjà, en 2014, 60 % des Français révélaient avoir déjà consulté un site X et il semblerait que le cybersexe connaisse une augmentation continue. Les hommes sont identifiés comme étant les plus grands consommateurs même si les femmes sont de plus en plus nombreuses à consulter ce type de site.

Impact de la pornographie sur la vie sexuelle

Cette pratique, devenue banale, influence les comportements et les représentations. L'épilation totale des poils pubiens, esthétique liée à l'univers pornographique, en est un exemple et  intéresse 45 % des filles de moins de 25 ans. De plus, 47 % des Français ayant déjà vu un film X ont reproduit les positions proposées (source IFOP).

La question des effets néfastes de la consommation de contenus pornographiques est largement débattue par les experts. Les attentes irréalistes qu'elle peut mettre en lumière, l'utilisation excessive et pulsionnelle du cybersexe peuvent entraîner une dépendance ayant des conséquences délétères sur la santé. De plus, l'objectivation des femmes et l'encouragement à des comportements sexuels à haut risque ainsi que l'anonymat généré par Internet peut rendre très ténu la frontière entre virtuel et réalité.

Illustration de Histoire de Juliette ou les prospérités du vice par le Maquis de sade. © Ameanet.org, Wikimedia Commons, Domaine public

À l'inverse, certains experts donnent un éclairage différent en s'appuyant plutôt sur la manière dont elle est consommée. Ainsi, elle peut générer un espace permettant aux couples d'explorer ensemble leurs fantasmes érotiques ou apporter une dimension éducative pour ceux et celles qui ont peu de connaissances des pratiques et comportements sexuels. De plus, chez les femmes, certaines enquêtes décrivent qu'une fréquence plus élevée d'utilisation de la pornographie prédisait un meilleur fonctionnement sexuel pendant la masturbation.

La pornographie parmi les adolescents

Comme les adultes, les adolescents sont grandement exposés à la pornographie qu'ils visionnent de plus en plus jeunes. De fait, les images X sont devenues pour beaucoup une première approche de la sexualité. Selon les données, 63 % des garçons et 39 % des filles, âgés de 15 à 17 ans, ont déjà surfé sur des sites pornographiques. Près de la moitié d'entre eux (vs 37 % des filles) considèrent que la pornographie a contribué à l'apprentissage de leur sexualité et 20 % ont essayé de reproduire des scènes proposées (source IFOP). Certaines études montrent qu'ils la considèrent comme banale et qu'ils développent un jugement critique par rapports aux pratiques observées.

La conception du sexe et de la sexualité évolue rapidement. L'utilisation de la pornographie semble s'être normalisée aujourd'hui et son influence sur notre vie sexuelle semble indéniable.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !