Santé

Le somnambulisme : un réveil incomplet

Dossier - Rêver : le monde fascinant des rêves
DossierClassé sous :Sommeil , médecine , Rêves

-

Le rêve intrigue, il inquiète, il fascine… Pourtant, il s’explique de façon rationnelle. Quand survient-il ? Que se passe-t-il dans le cerveau lorsque l'on rêve ? Peut-on contrôler le contenu de nos songes ?

  
DossiersRêver : le monde fascinant des rêves
 

L'accès de somnambulisme intervient généralement pendant la phase de sommeil lent profond, en début de nuit. Il s'agit d'un réveil incomplet. Sans être consciente, la victime de somnambulisme n'est donc pas non plus complètement endormie.

Le sommanbuliste. © Milkovasa- Shutterstock

Le mécanisme du somnambulisme

Même si les causes profondes restent à éclaircir, on comprend aujourd'hui le mécanisme : le problème se situe au niveau des ondes courtes enregistrées sur l'EEG pendant le sommeil lent, leur tracé n'est pas normal. En cause : un dysfonctionnement du système thalamocortical. Normalement, il doit organiser cette fameuse atonie musculaire propre au sommeil, qui empêche de bouger pendant certaines phases du sommeil. Ici, l'inhibition ne fonctionne pas et le patient peut donc se mouvoir. Mais cela ne se répète pas régulièrement et ne dure pas toute la nuit : généralement, les épisodes de somnambulisme sont assez courts, entre 2 et 30 minutes.

Quand on est somnambule, est-on vraiment en train de rêver ? © Le cosmographe

Cet état n'est pas dangereux en lui-même pour l'organisme. Ce qui peut l'être, en revanche, ce sont ses conséquences. D'une part, il n'est pas rare que le sujet manifeste une certaine agressivité pendant un épisode de somnambulisme. Agressivité d'autant plus dangereuse qu'il n'en est pas conscient. D'autre part, il peut se mettre lui-même en danger en entreprenant des actions à risque : se servir d'ustensiles coupants, tenter de conduire une voiture... Les cas de défenestration sont hélas assez fréquents chez les somnambules sévères. Quant aux causes de la maladie : il semble que l'hérédité et le stress, notamment, jouent un rôle important.

Décriée ou approuvée, la phase de sommeil lucide promet au dormeur de se souvenir de son rêve, de le raconter et de se mouvoir tout en restant conscient. Mais attention, le rêve et le somnambulisme n'ont rien à voir ensemble.