Santé

Peut-on maîtriser ses rêves ?

Dossier - Rêver : le monde fascinant des rêves
DossierClassé sous :Sommeil , médecine , Rêves

-

Le rêve intrigue, il inquiète, il fascine… Pourtant, il s’explique de façon rationnelle. Quand survient-il ? Que se passe-t-il dans le cerveau lorsque l'on rêve ? Peut-on contrôler le contenu de nos songes ?

  
DossiersRêver : le monde fascinant des rêves
 

Maîtriser ses rêves, est-ce possible ? C'est en tout cas la théorie des défenseurs de la thèse du rêve lucide.

Peut-on maîtriser ses rêves ? © Danmo - Domaine public

Être conscient de rêver

Si l'on sait que l'on rêve, alors pourquoi ne pas orienter le songe vers ce qu'on aime plutôt que vers ce que l'on redoute ? Dans Les Rêves et les moyens de les diriger, le marquis Hervé de Saint-Denys dit en avoir fait lui-même l'expérience. Il raconte comment, rêvant qu'il se promène à cheval, il choisit sa vitesse de course mais aussi le chemin qu'il souhaite emprunter, le paysage dans lequel il souhaite évoluer.

On en revient à la théorie du rêve lucide, défendue par de nombreux chercheurs. Dès lors que l'on rêve, il semble effectivement possible de jouer avec son rêve pour le faire aller dans la direction que l'on souhaite.

Pour se souvenir de ses rêves, il est primordial de tenir un carnet de rêve, que l’on annotera dès le réveil. © DR

Encore une fois, les expériences scientifiques menées sur des rêveurs lucides ont certes pu montrer que certains dormeurs avaient conscience de rêver, suffisamment en tout cas pour en faire part grâce à un signal à l'entourage. Mais il s'agit bien sûr d'une minorité. La plupart des dormeurs développent des songes dont ils sont persuadés qu'il s'agit de la réalité... jusqu'à leur réveil. C'est leur inconscient qui s'exprime et, par définition, ils n'ont donc pas de prise sur ce qu'il a choisi de leur montrer. Si un individu espère programmer ses rêves et les faire évoluer à son gré, tels des romans policiers, à l'image des héros du film Inception de Christopher Nolan, c'est raté !

La bonne nouvelle c'est que, si nous n'avons aucun pouvoir d'action sur nos rêves, ceux qui nous entourent non plus. « Tout ce qui relève de la programmation ou du vol des rêves d'autrui n'est que totale fiction, note le chercheur Pierre-Hervé Luppi. Aucun examen, aucune technique d'aucune sorte ne permettent d'influencer le cours du rêve de quelqu'un ni même de deviner ce qu'il est en train de rêver. À l'heure actuelle, tout cela semble complètement impossible. »

Rêver davantage ?

Si nous n'avons pas accès au choix du programme, pouvons-nous au moins décider de sa durée ? Nous voulons passer plus de temps dans nos songes ? La seule solution consiste à faire de plus longues nuits ! En effet, le temps de sommeil paradoxal augmente au fil des cycles : on rêve beaucoup plus aux 3e et 4e cycles qu'au premier. Si nous voulons des nuits riches en rêves, dormons longtemps !

Retenir ses rêves ?

Est-il possible au moins pouvoir se souvenir des rêves, afin d'essayer de les comprendre ? Bonne nouvelle, tout est question d'entraînement ! Une seule solution, recommandée par tous les chercheurs : tenir un carnet de rêve. « C'est tout simple, indique Pierre-Hervé Luppi. Il suffit d'avoir un calepin à côté de son lit. Au réveil, le premier geste doit être de noter le contenu du rêve en quelques mots. » La tache n'est pas toujours facile, les rêves n'étant souvent pas très cohérents. Mais l'expérience l'a prouvé : plus on tente de se souvenir de ses rêves, plus ils nous reviennent facilement.

Il ne faut surtout pas retarder le moment du calepin : les souvenirs des rêves s'effacent extrêmement vite après l'éveil. Seules les premières minutes comptent, ensuite il est déjà trop tard.

L'idéal est de se réveiller pendant la phase de sommeil paradoxal, alors que le rêve est à peine terminé pour pouvoir noter de ce dont nous avons rêvé. Diriger ses rêves s'avère impossible mais avec un peu d'entraînement l'individu désireux de se souvenirs de ses rêves peut tenir un carnet de songes.