Santé

Drogue : de la consommation occasionnelle à la dépendance

Dossier - Drogues : effets et dépendance
DossierClassé sous :médecine , drogues , cerveau

-

La plupart des drogues sont aujourd’hui interdites à la consommation. Dans ce dossier vous pourrez mieux comprendre les drogues, leurs modes d’actions et les dépendances qui en découlent.

  
DossiersDrogues : effets et dépendance
 

De la première rencontre avec une drogue au fait de ne plus pouvoir s'en passer, il y a un monde parfois vite franchi...Pour devenir dépendant à une drogue, il faut obligatoirement l'avoir prise ne serait-ce qu'une fois. Cette première rencontre avec la drogue, qui ne se pratique généralement pas par un individu seul, est nommée phase expérimentale.

De la consommation occasionnelle à la dépendance. © ESB Professional, Shutterstock

Pour de nombreuses raisons - curiosité, pression environnementale...- une personne essaie un nouveau produit et en ressent les effets. Si les conséquences lui déplaisent réellement, il aura alors tendance à ne pas renouveler l'expérience. Mais cela ne s'avère pas toujours vrai avec le tabac ou l'alcool.

L'étape suivante dans l'escalade de la consommation est un usage de la drogue dit récréatif. La prise de drogue est alors occasionnelle, dans un milieu festif la plupart du temps, parfois associée à certaines activités ou certaines personnes de l'entourage. De nombreuses personnes utilisent des drogues en certaines occasions particulières, sans forcément tomber dans la dépendance.

Cependant certains individus perdent ensuite le contrôle et tombent dans un usage abusif caractérisé par une fréquence de prise de produit plus élevée et ce hors contexte social. C'est le point de départ de l'utilisation solitaire de la drogue. Ce niveau atteint mène alors progressivement à la dépendance à proprement parler.

La dépendance est un phénomène complexe dont la définition diffère selon les auteurs. Quelle que soit la drogue, ce phénomène se caractérise principalement par une perte de contrôle progressive qui oriente la majorité de la vie du toxicomane autour de la recherche et la consommation de produit, au détriment du reste de sa vie professionnelle, sociale et personnelle. La naissance d'un besoin physique et/ou psychique de la substance entraîne une incapacité à arrêter les prises et ce bien que le patient ait totalement conscience des dangers de cette prise pour sa santé, et des possibles problèmes légaux encourus dans le cas des drogues illicites. On constate une tension, voire une anxiété, en cas de manque, un soulagement et une perte de contrôle accompagnant la prise elle-même.

Pour prendre un exemple plus concret, il suffit d'imaginer un individu, fumeur invétéré, qui doit se rendre à une soirée et s'aperçoit qu'il n'a plus de cigarettes. Cette prise de conscience va provoquer une tension nerveuse et l'entraîner de bureau de tabac en bureau de tabac jusqu'à ce qu'il réussisse à mettre la main sur des cigarettes. Le temps utilisé pour cette activité diminue donc le temps qu'il passera entre amis. La recherche de produit est devenue prioritaire vis-à-vis des interactions sociales.

Dynamique de la dépendance

Les différents niveaux d'utilisation d'une drogue mènent graduellement à la dépendance du sujet. Une fois la dépendance installée, il est très difficile de faire le chemin inverse et de "quitter" le produit. La période d'arrêt de la consommation, ou sevrage, peut s'accompagner de douleurs physiques plus ou moins intenses et de détresse psychologique aiguë. Dans de nombreux cas, même après sevrage, les personnes ayant été dépendantes rechutent, comme si leur susceptibilité à retourner dans cette spirale était accrue de façon définitive.