Le workaholique passe un temps démesuré au travail. © Photographee.eu, Fotolia

Santé

Workaholisme

DéfinitionClassé sous :vie , workaholisme , Travail

Le workaholisme désigne l'addiction au travail. Le terme a été inventé en 1968 par Wayne Oates qui a rapproché le mot work (travail) et celui d'alcoholism (alcoolisme).

Les personnes touchées par cette addiction passent un temps excessif au travail, délaissant leur famille et leurs activités de loisirs, ce qui peut amener à des problèmes conjugaux. L'addiction au travail peut être vue de manière favorable par la société car elle semble montrer une implication personnelle dans sa vie professionnelle. Mais elle n'est pas forcément synonyme d'efficacité et de productivité. Les « workaholiques » sont souvent des personnes perfectionnistes, qui consacrent un temps démesuré à certaines tâches, par peur de mal faire. Ils ont parfois des difficultés à déléguer.

Facteurs favorisant l’addiction au travail

La pression qui existe sur le lieu de travail ou l'utilisation excessive des outils numériques qui empêchent la déconnexion favorisent l'addiction au travail. La prévention passe donc par la nécessité de se déconnecter de son travail dans sa vie privée.

L'addiction au travail favorise des problèmes de santé tels que : douleurs musculaires, intestinales, anxiété, dépression, maladies cardiovasculaires... Elle peut conduire au burn-out et à la consommation de substances psychoactives. L'addiction au travail peut être détectée par le médecin du travail. Une thérapie cognitive et comportementale est proposée afin d'aider le salarié à respecter ses temps de repos, prendre des vacances et à couper ses liens avec l'entreprise en dehors de ses horaires de travail.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

La dépression, symptômes et traitement ?  La dépression est une maladie de plus en plus fréquente, qui ne doit pas être confondue avec des moments de tristesse normaux lors des évènements tristes de la vie. Explications avec Virginie Lacombe, muséographe et chef de projet à la Cité des Sciences et de l’Industrie.