Cela vous intéressera aussi

Les anti-EGFR font partie de la famille des inhibiteurs des voies de transductiontransduction du signal. Ces traitements peuvent appartenir à deux catégories différentes de médicaments : les anticorps monoclonauxanticorps monoclonaux ou les inhibiteurs enzymatiquesenzymatiques. Ils sont particulièrement indiqués dans la prise en charge de certains cancers du poumon, du colon et de la sphère ORL.

Comment agissent les anti-EGFR ?

Comme les anti-HERanti-HER, les anti-EGFR (pour Epidermal Growth Factor Receptor) font partie des thérapiesthérapies ciblées. Ils agissent au niveau des récepteurs de l'EGF, un facteur de croissancefacteur de croissance épidermique humain. En s'attachant à ce récepteur, les traitements en question vont désactiver les enzymesenzymes (des kinases) qui favorisent la division cellulaire.

Des contrindications ou précautions ?

Dénués des effets cytotoxiquescytotoxiques des traitements anticancéreuxanticancéreux, ces médicaments prennent une place croissante en oncologieoncologie. Ils présentent toutefois un risque d'effets secondaires. Ces derniers sont principalement cutanéscutanés : folliculitesfolliculites voire acnéacné parfois sévère.

Sources :

  • de notre envoyé spécial au 47e congrès de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO), Chicago, 3-7 juin 2011
  • Manuel Merck, 4e édition 
  • Interview du Dr Pierre-Jean Souquet (Lyon)