Cela vous intéressera aussi

Les anti-HER appartiennent à la famille des inhibiteurs des voies de transductiontransduction du signal. Ils sont notamment utilisés dans la prise en charge de certaines formes de cancers du sein, les cancers du sein métastatiquesmétastatiques. Ils sont administrés par voie intraveineuse.

Comment agissent les anti-HER ?

Les anti-HER font partie de ce que les spécialistes évoquent désormais sous le nom de thérapiesthérapies ciblées. Ils sont utilisés chez des patientes dont la tumeurtumeur surexprime le récepteur du gènegène codant la protéineprotéine HER2 (pour Human Epidermal Growth Factor Receptor-2), située sur la membrane cellulairemembrane cellulaire. Autrement dit, la tumeur en question présente un nombre particulièrement important de ces récepteurs qui « commandent » la division cellulaire. Les traitements prennent la forme d'anticorps monoclonauxanticorps monoclonaux, qui viennent se fixer sur le récepteur pour bloquer la prolifération des cellules.

Des contrindications ou précautions ?

Des réactions à type de fièvrefièvre, de maux de tête, de rougeurs peuvent survenir immédiatement après l'administration. Dans de rares cas, des réactions d'hypersensibilité peuvent revêtir une forme sévère avec la survenue d'un choc anaphylactiquechoc anaphylactique.

Sources :

  • 47e congrès de l'American Society of Clinical Oncology (Asco), Chicago, 3-7 juin 2011 ;
  • Manuel Merck, 4e édition ;
  • Interview du Dr Pierre-Jean Souquet (Lyon), 6 juin 2011.