La rétinopathie diabétique est une des premières causes de cécité dans les pays développés. © koolsabuy, Fotolia
Santé

Rétinopathie diabétique

DéfinitionClassé sous :maladie , anatomie de l'oeil , rétinopathie diabétique

La rétinopathie diabétique désigne la microangiopathie (lésions des petits vaisseaux) de la rétine liée au diabète. Elle constitue l'une des principales complications de cette maladie, et l'une des premières causes de cécité dans les pays développés. Elle touche plus de 90 % des diabétiques de type1 et 60 % des diabétiques de type 2 après 20 ans d'évolution du diabète.

Causes de la rétinopathie diabétique

La rétinopathie diabétique est due à deux processus :

  • l'hyperperméabilité des capillaires, entraînant une fuite de leur contenu (sang, graisse...) avec formation d'un œdème maculaire et d'hémorragies ;
  • l'occlusion des capillaires, responsable d'ischémie rétinienne.

Lorsque l'ischémie est étendue, des néovaisseaux prolifèrent à la surface de la rétine, puis dans le vitré. C'est ce que l'on appelle la rétinopathie proliférante, stade ultime de la maladie. Les néovaisseaux peuvent alors provoquer une hémorragie du vitré, un glaucome ou un décollement de rétine, aboutissant à une cécité totale.

La rétinopathie diabétique se traduit par la prolifération de petits vaisseaux, des hémorragies, des microanévrismes et des nodules cotonneux, des petites lésions blanches superficielles indiquant une nécrose ischémique. © VectorMine, Fotolia, traduction CD

Symptômes de rétinopathie diabétique

Tant que les lésions n'affectent pas la macula, la partie centrale de la rétine, les patients ne constatent souvent aucun symptôme, la maladie évoluant en silence. Ce n'est que lorsque les complications graves surviennent (glaucome, œdème...) que la vision chute parfois de manière brutale. C'est pourquoi une surveillance ophtalmique est indispensable chez les patients diabétiques avec, notamment un examen du fond de l'œil, complété si besoin par une rétinographie et une angiographie en fluorescence pour détecter d'éventuelles zones de fuite capillaire.

Traitement de la rétinopathie diabétique

Le traitement repose en premier lieu sur un équilibre strict du diabète et de l’hypertension éventuellement associée. Dans les formes sévères de rétinopathie diabétique, on a recours à différentes techniques :

  • La photocoagulation au laser qui consiste à coaguler les zones de fuite capillaire et les zones ischémiques pour éviter la formation de néovaisseaux.
  • L'injection intravitréenne de médicaments anti-VEGF qui inhibent la formation de nouveaux vaisseaux. À noter qu'il s'agit d'un traitement chronique devant être renouvelé régulièrement.
  • Une vibrectomie (ablation du vitré), indiquée en cas d'hémorragie, de risque de décollement de la rétine ou de glaucome néovasculaire
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Le glaucome touche 70 millions de personnes dans le monde  Lorsque la pression dans l'œil augmente, le nerf optique est mis à mal : c'est le glaucome. Si la maladie n'est pas traitée à temps, elle peut rendre définitivement aveugle. Alexandre Denoyer, spécialiste de cette pathologie, relate en vidéo le cheminement qui l’a poussé à développer avec ses collègues un médicament qui, pour la première fois, traite le problème à la source. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !