Les véhicules diesel étaient responsables de 47% des 385.000 décès prématurés liés aux émissionsémissions polluantes du secteur des transports en 2015, selon une étude de l'International Council on Clean Transportation (ICCT), l'ONG à l'origine des révélations sur le « dieselgate », et de deux universités américaines. En France, en Allemagne, en Italie et en Inde, le diesel cause 66% des décès prématurés attribuables à la pollution des transports. Cette proportion est de 46% au Royaume-Uni et de 32% au Japon.

Nombre de décès prématurés liés aux émissions du transport (PM2.5 et ozone) par rapport à la population. Près de 114.000 personnes sont mortes prématurément en 2015 en Chine en raisons de cette pollution. Ce nombre s'élève à 74.000 en Inde, 22.000 aux États-Unis, 13.000 en Allemagne et 6.400 en France. Rapportés à la population, l'Allemagne arrive en première position, avec près de 17 morts prématurées pour 100.000 habitants, un total trois fois plus élevé que la moyenne mondiale. © ICCT
Nombre de décès prématurés liés aux émissions du transport (PM2.5 et ozone) par rapport à la population. Près de 114.000 personnes sont mortes prématurément en 2015 en Chine en raisons de cette pollution. Ce nombre s'élève à 74.000 en Inde, 22.000 aux États-Unis, 13.000 en Allemagne et 6.400 en France. Rapportés à la population, l'Allemagne arrive en première position, avec près de 17 morts prématurées pour 100.000 habitants, un total trois fois plus élevé que la moyenne mondiale. © ICCT

L'étude porteporte à la fois sur les voituresvoitures individuelles, les transports en commun, les engins agricoles ou industriels, ainsi que les transports fluviaux, et pas que sur les véhicules diesel, mais elle ne couvre pas tous les types d'émissions polluantes ou maladies potentiellement associées à la pollution de l'air. Au total, les transports sont responsables de 11% des 3,4 millions de décès prématurés dus à la pollution causée par l'exposition aux particules finesparticules fines (PM2.5) et à l'ozoneozone, qui entraîne notamment un risque plus élevé de cancer du poumoncancer du poumon, d'infarctus ou de diabètediabète.