Des bactéries génétiquement modifiées pour produire du bêta-carotène… directement dans l’intestin

Classé sous :Biologie , intestins , Saccharomyces boulardii

[EN VIDÉO] Interview : le microbiote intestinal, allié indispensable du système immunitaire  Le microbiote intestinal regroupe l’ensemble des microbes présents dans notre intestin. Il permet un bon fonctionnement ainsi qu’une certaine protection du côlon. Gerard Eberl, responsable de l’unité Micro-environnement & Immunité à l’Institut Pasteur, nous en dit plus au cours de cette interview. 

On estime que 190 millions d'enfants dans le monde souffrent d'une carence en vitamine A qui entraîne une cécité et un risque accru de mortalité chez les moins de 5 ans. Malheureusement, les suppléments en bêta-carotène, le précurseur de la vitamine A, ne sont pas toujours disponibles pour ces populations. Alors pourquoi pas ne pas les faire fabriquer... par les bactéries de nos intestins ?

C'est la drôle d'idée qu'ont eu des chercheurs de l'université d'État de Caroline du Nord, dont les travaux sont relatés dans la revue ACS Synthetic Biology. Nathan Crook et ses collègues se sont penchés sur la levure Saccharomyces boulardii, car elle survit dans l'intestin contrairement à la plupart des autres espèces de levures qui ne supportent pas la chaleur ou qui sont dégradées par l'acide gastrique. Or, en modifiant génétiquement certaines levures (notamment la levure de boulangerie S.cerevisiae), il est possible de leur faire produire des molécules thérapeutiques en grande quantité, comme de l'hormone de croissance, des vaccins ou de l’insuline.

Les chercheurs ont constaté avec surprise que, malgré leurs différences, les outils de modification génétique utilisés avec S.cerevisiae fonctionnaient aussi sur S. boulardii. Ils ont alors choisi de démontrer la capacité de production de la bactérie modifiée en lui faisant fabriquer du bêta-carotène directement dans l'intestin d'une souris. La levure a ainsi généré 194 µg de bêta-carotène en 14 jours après l'implantation de la levure.

« Il ne s'agit pour l'instant que d'une preuve de concept, reconnait Nathan Crook. Reste à savoir si ce bêta-carotène est assimilé correctement pas l'organisme et si cela fonctionne chez l'Homme ». Si c'est le cas, nos intestins pourraient bien devenir de nouvelles usines à médicaments.

La bactérie S.boulardii est une bactérie probiotique qui s’épanouit dans nos intestins. © Kateryna_Kon, Adobe Stock