Santé

Tabac : désenfumage public

ActualitéClassé sous :vie , fumée , fumeur

La France rejoint aujourd'hui les pays où le tabac est mis à la porte. Aux chiffres terribles des maladies dues à la fumée de cigarette - 66 000 morts par an dont 5 000 dus au tabagisme passif en France -, le gouvernement répond par une loi interdisant de fumer dans les lieux publics et par d'autres chiffres : 175 000 agents pour contrôler son application et une amende de 68 euros.

Les fumeurs pourront s'adonner en public à leur plaisir personnel dans les cafés, les hôtels, les restaurants, les débits de tabac, les casinos, les cercles de jeu et les discothèques, mais pendant onze mois seulement. Le 1er janvier 2008, l'interdiction s'appliquera aussi à ces derniers bastions nicotinés.

C'est donc surtout, pour l'instant, dans les entreprises que cette loi a fait sentir son effet. Les salles fumeurs ont disparu depuis ce matin. Mais beaucoup de sociétés avaient anticipé cette évolution et les mégots jonchent depuis plusieurs semaines les trottoirs devant l'entrée des entreprises. La loi n'interdit pas explicitement les salles fumeurs mais imposent des dispositifs d'extraction de fumée dignes des ateliers de peinture.

Cette action essentiellement répressive est tempérée par un geste envers les fumeurs invétérés, qui pourront recevoir 50 euros du ministère de la Santé pour s'offrir des substituts nicotiniques. Les désespérés peuvent appeler le service téléphonique Tabac Info Service (0 825 309 310) ou consulter le site www.tabac.gouv.fr.

Cela vous intéressera aussi