Les maladies infectieuses émergentes représentent une menace globale pour la santé humaine et animale, et le problème ira probablement en s'aggravant, déclare le Dr Andrew Cunningham dans le British Medical Journal.
Cela vous intéressera aussi

L'émergenceémergence récente de maladies telles que le SIDASIDA, le SRASSRAS et la grippe aviairegrippe aviaire, a propulsé les maladies infectieuses émergentes au sommet des agendas politiques et médicaux, et mis en lumièrelumière l'importance de la vie sauvage comme réservoir et vecteur de maladies. Parmi les agents pathogènespathogènes causes des maladies infectieuses émergentes, 75 % sont zoonotiques, c'est-à-dire transmissibles de l'animal à l'homme, la vie animale représentant une source importante croissante.

Mais comment explique-t-on l'accroissement actuel, apparemment rapide, de l'émergence de zoonoseszoonoses à partir de la vie sauvage ? Un des facteurs majeurs est un contact humain plus étroit avec cette dernière. Sont en cause l'empiétement humain sur la vie sauvage et, par voie de conséquence, la modification de l'habitat de celle-ci. Telle est la cause avancée de l'apparition du virusvirus Ebola et de celui du SIDA. Les voyages internationaux et le commerce aériens représentent un autre facteur important. L'émergence du virus du Nil Occidentalvirus du Nil Occidental, du SIDA et du SRAS, a emprunté ces voies. "Avec un accroissement prévu des transports internationaux aériens de l'ordre de 5 % par an pendant 20 ans, le problème des maladies infectieuses émergentes continuera à s'amplifier," indique Cunningham.

Ces maladies ne sont pas seulement un problème de santé humaine mais constituent aussi une menace majeure pesant sur la vie animale et la conservation des espècesespèces. Les espèces domestiques sont aussi menacées par certaines maladies infectieuses. Le problème n'est pas facile à résoudre, mais le reconnaître constitue un point de départ nécessaire pour les professions médicales, vétérinaires et de conservation de la vie sauvage, lesquelles partagent désormais un agenda commun.