Santé

Le premier cheval cloné est né

ActualitéClassé sous :vie , clonage , cheval

-

La naissance du premier cheval cloné a été annoncée. Ce poulain femelle nommé " Prométhée " est né le 28 mai 2003 et des tests ADN ont prouvé que ce poulain est génétiquement identique à sa mère. Cette annonce fait suite au récent clonage d'un mulet en début d'année.

Prométhée, attaché par Zeus en punition de sa tromperie, se faisant dévorer le foie par un rapace. Prométhée par MOREAU (Musée Moreau, Paris)

Pour créer ce poulain le noyau d'une cellule de la peau de la femelle adulte a été fusionné avec un oeuf vide provenant d'un autre cheval. L'embryon ainsi obtenu a été réimplanté dans la mère après culture en laboratoire.
Le directeur du laboratoire ayant réussi ce clonage explique que cela devrait permettre le clonage de champions. Cependant, il nuance ses propos en ajoutant que même si les deux chevaux possèdent le même génome, l'entraînement, l'entraîneur, et l'environnement du cheval seront autant de facteurs externes qui influenceront les capacités athlétiques du cheval.

Il est important de noter qu'actuellement les règles régissant les courses de chevaux interdisent l'utilisation d'animaux clonés. Mais d'après les experts cela pourrait changer dans le futur.

Une route semée d'embûches

Les chercheurs ont prélevé des noyaux des cellules provenant d'un pur sang Arabe mâle et d'une jument Haflinger et les ont fusionnés avec des oeufs débarrassés de leur matériel génétique.

Ils ont ainsi crée 814 embryons mâle et femelle, parmi lesquels seulement 8 embryons mâles et 14 embryons femelles se sont développés jusqu'au stade du blastocyte après 7 jours de culture in vitro en laboratoire. Parmi les 17 embryons qui ont été transplanté chez des juments, seul 4 ont permis une grossesse, dont une seule est arrivée a terme, donnant naissance à Prométhée le premier cheval cloné.

On peut ainsi constater à quel point la technique du clonage demeure encore difficile à appliquer, et que c'est seulement au prix de très nombreux échecs qu'on arrive à obtenir un animal viable.

Maintenant plus de temps et de recul seront nécessaires pour comparer les capacités physiques de cet animal par rapport à celles des animaux adultes lui ayant donné naissance. Il sera aussi intéressant de déterminer si cet animal souffre de problèmes génétiques ou de vieillesse précoce comme c'etait probablement le cas de Dolly la brebis clonée.

D'après les chercheurs ayant réalisé le clonage, un intérêt immédiat de cette technique serait de reproduire certains champions qui ne peuvent pas se reproduire naturellement car ils sont castrés.

L'équipe a aussi révélé que le nom avait été choisi en référence à Prométhée héros de la mythologie gréco-romaine qui réussit à dérober le feu à Zeus Dieu de l'olympe pour le donner aux hommes.

Cela vous intéressera aussi