Une étude publiée en ligne sur le site des Proceedings of the National Academy of Sciences (www.pnas.org) indique que parmi les personnes qui ne souffrent pas de diabète, une tolérance insuffisante aux glucoses est liée à des performances plus faibles lors des tests de mémoire.
Cela vous intéressera aussi

Les chercheurs du Nathan Kline Research Institute de la New York University School of Medicine ont mené leur enquête sur 30 personnes en bonne santé, âgées en moyenne de 69 ans, et testé leur tolérance aux glucosesglucoses, c'est-à-dire la rapidité avec laquelle leurs tissus absorbent les sucressucres ingérés.

L'absorptionabsorption des sucres chez les personnes habituées à des exercices physiquesphysiques réguliers est en moyenne deux fois plus efficace que chez des personnes plus sédentaires.

La performance sur le plan de la mémoire des volontaires a été évaluée grâce à des tests classiques et à un scannerscanner cérébral. Ce dernier indique également que les personnes présentant une tolérance basse aux glucoses possédaient en général un hippocampehippocampe plus petit par rapport à leur cerveaucerveau que celui des participants plus sportifs.

Ces résultats suggèrent la possibilité, grâce à une pratique régulière du sport et à un régime approprié, de maintenir et même de rétablir une mémoire plus performante.